Black Panther Wakanda Forever réalisé par Ryan Coogler

Black Panther Wakanda Forever réalisé par Ryan Coogler

La Reine Ramonda, Shuri, M’Baku, Okoye et les Dora Milaje luttent pour protéger leur nation des ingérences d’autres puissances mondiales après la mort du roi T’Challa. Alors que le peuple s’efforce d’aller de l’avant, nos héros vont devoir s’unir et compter sur l’aide de la mercenaire Nakia et d’Everett Ross pour faire entrer le royaume du Wakanda dans une nouvelle ère. Mais une terrible menace surgit d’un royaume caché au plus profond des océans : Talocan.

Ce second volet de Black Panther est marqué par un évènement majeur. La disparition de Chadwick Boseman, interprète du personnage titre a ébranlé à juste titre l’existence même du film alors que les mêmes équipes créatives et actrices et acteurs étaient de retour.

Nous ne saurons jamais quelle direction aurait été prise sans ce tragique décès et le réalisateur, Ryan Coogler, a pris la décision par respect pour l’acteur de ne pas re-caster le personnage et donc inclure sa disparition dans le scénario du film, même le choix des circonstances de sa disparition sont un choix raisonné et respectueux.

Black Panther Wakanda Forever est dès lors extrêmement cathartique et un hommage vibrant à l’acteur à travers le personnage de T’challa. Le roi est mort, vive le roi.

Le deuil devient du coup un sujet majeur du film et en ce sens Angela Bassett  en Reine Ramonda ayant perdu son mari et son fils est d’une émotion bouleversante dans laquelle sourd combien elle est brisée par cela qui n’a d’égal que la colère de Shuri la petite sœur refusant d’admettre l’injustice de la situation et d’admettre la résilience nécessaire au processus de deuil.

C’est un film où tout particulièrement les personnages féminins prennent une ampleur inédite non seulement dans les scènes d’action mais surtout dans les moments d’émotion.
Si j’avais pu poindre le fait que Black Panther dépeignait une civilisation patriarcale dont on sentait que T’challa était en train d’initier la transition vers un équilibre entre les femmes et les hommes au sein de son royaume à l’influence du monde extérieur, là la transition est faite avec naturel et émotion.

Ce second volet avec la disparition de son roi et protecteur est l’occasion de plonger dans la civilisation wakandaise, c’est ainsi l’occasion d’approfondir un peu les membres du conseil à présent de la Reine Ramonda et de voir combien cette civilisation est une mosaïque de cultures. Le Wakanda est au cœur du film. Nous partons ailleurs dans le film et c’est l’occasion de découvrir Riri Williams, un nouveau personnage important qui aura bientôt sa propre série, Iron Heart.

Face à lui nous découvrons Talocan, un royaume sous-marin héritier de la civilisation maya et dirigé par Namor. C’est vraiment un miroir du Wakanda mais sur un autre continent et qui pour se préserver de l’Occident s’est réfugié sous l’océan en conservant et faisant évoluer les éléments des cultures précolombiennes et en basculant aussi dans une technologie très avancée. Cela nous offre une très belle civilisation aux codes esthétiques multicolores. Ils sont face aux mêmes difficultés en regard avec les autres pays du monde mais ne se sont pas encore révélés dans toute leur ampleur.

Tenoch Huerta en Namor est convainquant, à la fois éloigné du personnage du comics par certains traits et au final très proche par d’autres. J’aurais cependant apprécié que l’on s’attarde un peu plus sur ses motivations qui semblent plutôt basiques là où justement tous les autres personnages wakandais sont plus nuancés. De même la civilisation Talocanne et l’entourage de Namor aurait gagné à être approfondie dans leurs liens et leur fonctionnement. Espérons que ce sera le cas pour plus tard car ce que l’on en voit est extrêmement alléchant et donne envie d’en savoir plus.

L’enjeu du film sera alors de savoir s’ils seront des ennemis ou des alliés et plus généralement quelle place peuvent avoir deux civilisations si avancées face aux nations du monde dont il faut gérer les egos et revendications. Certaines phrases résonnent alors avec l’actualité de manière des fois très ironiques sur l’armement et le protectionnisme.

Black Panther Wakanda Forever réunit des thématiques sur la mort, le deuil, l’héritage, la transmission et sur la responsabilité de chacun dans les conflits. Le film bénéficie de la même direction artistique éclatante de couleurs et de costumes sublimes. L’ambiance musicale du film est tout aussi belle que dans le premier volet et la bande originale est complétée par deux nouvelles chansons composées par Rihanna.

Je trouve que Black Panther Wakanda Forever a su avancer face à un évènement qui aurait pu tuer la licence avec respect et émotion.

Genre : Action, super-héros – Nationalité : Américaine – Date de sortie en France : 8 novembre 2022 – Durée : 2h41 – Distributeur : The Walt Disney Company France.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Ant-Man et la Guêpe : Quantumania réalisé par Peyton Reed

Ant-Man et la Guêpe : Quantumania réalisé par Peyton Reed

Doctor Strange réalisé par Scott Derrickson

Doctor Strange réalisé par Scott Derrickson

Amsterdam écrit et réalisé par David O Russell

Amsterdam écrit et réalisé par David O Russell

Marvel Cinematic Universe Phase IV, V, VI : The Multiverse Saga

Marvel Cinematic Universe Phase IV, V, VI : The Multiverse Saga

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).