Vivarium réalisé par Lorcan Finnegan

Vivarium réalisé par Lorcan Finnegan

À la recherche de leur première maison, un jeune couple effectue une visite en compagnie d’un mystérieux agent immobilier et se retrouve pris au piège dans un étrange lotissement… Après Loncarno 2019, le film est en sélection officielle au Festival du Film Fantastique de Gérardmer 2020.

Devenir propriétaire n’est une aubaine que lorsqu’on se croit dans un conte de fées. Les publicités insidieuses vous promettent une « vie idéale », une version fantasmée de la réalité à laquelle nous finissons par aspirer. Elle devient presque l’appât d’un piège dans lequel nombreux d’entre nous sont tombés.

Une fois pris au piège, nous travaillons toute notre vie pour payer nos dettes. Ce contrat social est un accord étrange et tacite qui nous attire tels des aimants à lui. Des zones naturelles sont détruites pour laisser place à des rangées de maisons identiques, les véritables labyrinthes d’une société uniforme et morose. Nous dégustons avec ignorance des aliments transformés, emballés dans du plastique. Les médias sont en compétition avec les parents d’aujourd’hui pour insuffler toujours plus d’idées saugrenues aux enfants.

Le rêve de posséder une maison virera bientôt au cauchemar. C’est le consumérisme qui nous consume, pas l’inverse.

Vivarium est né à la suite de tous ces constats. Le choix du fantastique est un moyen de les amplifier, de les mettre en exergue. C’est un conte à la fois surréaliste et tordu, à la fois sombre, ironiquement drôle, triste et effrayant.

Dès l’introduction, j’ai ressenti une impression de malaise. L’ambiance est particulièrement anxiogène : la pression que la société exerce sur chacun d’entre nous est si forte que nous sommes prêts à tout pour être normé. Ce constat simple est effrayant : en tout cas, le voir de manère si clinique sur grand écran m’a fait très peur. J’étais terrorisée à l’idée de ne plus avoir mon libre arbitre. C’est certainement un peu le cas. Néanmoins, j’espère sincèrement avoir encore le minimum syndical.

Ce film montre tout ce qui je déteste : l’absence de choix, la volonté absolue de ressembler aux autres. Cette idée est insupportable. Bien sûr, il nous faut un peu de diplomatie pour vivre en société. Néanmoins, sommes-nous vraiment obligés de tous nous ressebler à ce point ? Je ne le crois pas du tout.

Genre : thriller SF – Nationalité : Irlandaise – Date de sortie : 11 mars 2020 – Avec Jesse Eisenberg et Imogen Poots – Durée : 1h38 – Bande-annonce – Distributeur : The Jokers.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Black Christmas réalisé par Sophia Takal

Black Christmas réalisé par Sophia Takal

L’Appel de la Forêt réalisé par Chris Sanders

L’Appel de la Forêt réalisé par Chris Sanders

La Reine des Neiges 2 réalisé par Jennifer Lee et Chris Buck

La Reine des Neiges 2 réalisé par Jennifer Lee et Chris Buck

Judy réalisé par Rupert Goold

Judy réalisé par Rupert Goold

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).