Pendant les vacances de la Toussaint 2020, des créatures fantastiques vous donnent rendez-vous au Zoo de Paris

Pendant les vacances de la Toussaint 2020, des créatures fantastiques vous donnent rendez-vous au Zoo de Paris

Pendant les vacances de la Toussaint, du 17 octobre au 1er novembre 2020, le Parc zoologique de Paris, site du Muséum national d’Histoire naturelle, vous plonge dans un univers fantastique. Entre réel et imaginaire, ce rendez-vous est l’occasion de partir à la découverte d’espèces étonnantes comme le loup, le lamantin et bien d’autres, qui ont inspiré de nombreuses chimères et créatures légendaires.

Ce Rendez-vous sauvage propose un voyage fantastique sur les traces des chimères, créatures fantastiques mi-homme mi-animal. 

Loups-garous, sirènes, dieux égyptiens… Que nous révèlent ces créatures fantastiques ? Quelle est leur histoire ? À travers une exposition inédite, des visites guidées, des animations et des ateliers, le Parc zoologique de Paris met l’accent cet automne sur des espèces hors du commun qui ont inspiré ces créatures, qu’elles soient animales, végétales, ou même inclassables… L’occasion d’en apprendre plus sur leurs particularités et leur environnement, mais aussi de laisser libre cours à son imagination en créant les chimères les plus incroyables…

Pour inaugurer ce Rendez-vous sauvage d’automne, plusieurs activités sont proposées autour des chimères, en plus des autres animations prévues : 

Des rencontres fascinantes

Quels pouvoirs et quelles qualités attribue-t-on aux araignées ? Comment sont-elles perçues dans le monde ? Quels sont les contes et légendes qui les évoquent ?

Avec Christine Rollard, arachnologue au MNHN samedi 17 et dimanche 18 octobre, à 11h30, inclus dans le billet d’entrée.

Fantasmé, le serpent se transforme souvent en créature chimérique ou symbolique (hydre, femme-serpent, dragon). Pourquoi cet animal est-il aussi captivant et inquiétant ? Avec Françoise Serre-Collet, herpétologue au MNHN, samedi 17 et dimanche 18 octobre, à 16h30, inclus dans le billet d’entrée.

Un atelier : créez vos chimères avec Les Tigres Gauchers !

Proposé par Les Tigres Gauchers, cet atelier est conçu comme un grand laboratoire pour fabriquer des animaux imaginaires à partir d’assemblages aussi aléatoires qu’improbables. 

Les Tigres Gauchers est une structure qui sensibilise à la nature d’une façon ludique et éducative, à travers des livres originaux et l’organisation d’ateliers créatifs et collaboratifs.

À partir de 14h. Inclus dans le billet d’entrée, nombre de places limité.

Mini exposition au Chalet : chimères, hybrides et autres créatures fantastiques

Au coeur de ce nouvel espace d’exposition, situé près du « Parcours Pieds nus », les visiteurs sont invités à découvrir des créatures étonnantes, comme le poisson-alligator, le scarabée-rhinocéros, ou encore la femme-poisson, issus des collections du Muséum national d’Histoire naturelle. Parmi ces chimères, certaines sont bien réelles et d’autres sont le fruit d’une imagination débordante. Mais lesquelles ? Ouvert tous les jours durant les vacances scolaires, et uniquement le week-end hors vacances. Inclus dans le billet d’entrée.

Des visites guidées : sur la piste des chimères

L’objectif de la mission : retrouver les traces d’une légendaire créature chimérique. Un jeu de piste énigmatique à la rencontre d’animaux fascinants qui ont insufflé mythes et légendes sur les chimères, des créatures fantastiques mi-homme mi-animal. 

Pour les familles (dès 6 ans). 

Du 17 octobre au 1er novembre : tous les jours, à 10h30 

Tarif : 5 euros en plus du billet d’entrée (vente en ligne, nombre de places limité)

Des lectures de contes pour les enfants 

Samedi 24 et dimanche 25 octobre, des séances de lecture de contes sur les thèmes du Rendez-vous sauvage sont proposés chaque après-midi. En compagnie d’une conteuse, les petits et les plus grands sont invités à partir à la découverte d’histoires envoûtantes et fantastiques…

Samedi et dimanche 25 octobre, à partir de 14h

Inclus dans le billet d’entrée, nombre de places limité

Une animation ludique autour des créatures chimériques

Cet atelier pour petits et grands, alliant jeu, imagination et pédagogie, consiste à reconnaître quelles espèces animales sont représentées parmi les chimères proposées, et à fabriquer une créature idéale en s’inspirant des espèces fascinantes du Parc zoologique de Paris. 

Du 19 octobre au 1er novembre : Tous les jours – 14h, 15h et 16h. 

Inclus dans le billet d’entrée.

Evénement : La journée Frissons 

Le 31 octobre 2020 de 10h à 17h

Les chimères prennent possession du Parc zoologique de Paris pour une journée frissons inoubliable. Au programme, une grande parade de créatures fantastiques (par la Compagnie Zizanie), des jeux et des ateliers inédits sur le thème des chimères, pour petits et grands. Et pour célébrer dignement Halloween, toute personne venant déguisée* bénéficiera de 20% de réduction (valable en caisse pour la journée du 31 octobre uniquement, sur les billets plein tarif adultes et enfants). 

En raison des mesures sanitaires exceptionnelles, il n’y aura pas de stand de maquillage sur place cette année.

Ces espèces qui ont inspiré les légendes

Le Lamantin des Antilles

Les sirènes, créatures fantastiques mi-femme, mi-poisson qui envoûtent les marins par leur chant, sont évoquées dans de nombreux récits d’explorateurs, les mythologies grecque et scandinave, sans oublier les légendes africaines (Mami Wata) et amérindiennes (Molokoï). L’objet de ces superstitions était en réalité bien inoffensif : il s’agissait de lamantins, Trichechus sp., ou de dugongs, Dugong dugon. Discrets et mystérieux, ils sont les seuls représentants de l’ordre des Siréniens et les seuls mammifères marins herbivores. 

Le lamantin des Antilles, Trichechus manatus manatus, vit dans les eaux maritimes des Caraïbes, accédant aussi parfois à certains estuaires et fleuves. Malgré une vision peu performante dans des eaux plutôt opaques, il n’a aucun mal à se repérer ni à trouver sa nourriture grâce à ses vibrisses, des poils sensoriels situés de part et d’autre de sa bouche. Végétarien mais bon vivant, il peut manger jusqu’à 50 kg de verdure par jour, soit environ 8 à 10 % de son poids, pouvant aller jusqu’à 600 kg ! Aujourd’hui menacée, cette espèce vulnérable fait partie d’un Programme Européen pour les Espèces menacées (EEP) auquel participe le Parc zoologique de Paris.

Les lamantins au Parc zoologique de Paris : 3 mâles, Tinus, Kaï, Husar et 1 femelle, Kalina

Le loup ibérique

Depuis toujours le loup n’a cessé d’inspirer les légendes, les contes et les superstitions. Le Loup-Garou surgissant les nuits de pleine lune en est le meilleur exemple. L’évocation de la lycanthropie (transformation d’un homme en Loup-Garou) remonterait à l’Antiquité. Ce thème fut repris dans de nombreux récits folkloriques puis des fictions, généralisant ce rôle de « méchant », à son insu. Le comte Dracula lui-même aurait le pouvoir de se transformer en loup… Mais cette espèce souvent représentée et pourtant méconnue ne mérite pas cette image négative. 

Contrairement à cette idée reçue du chasseur solitaire diffusée à travers ce mythe de l’homme-loup, les loups vivent en meutes, jusqu’à 10 individus, et chassent toujours ensemble. Cela implique donc une forte hiérarchie et une bonne collaboration au sein du groupe. Et malgré sa réputation d’animal féroce, il est au contraire prudent face à ce qu’il ne connait pas et s’approche rarement des humains, pour qui il ne représente donc pas un danger. La meute est menée par un couple dominant, qui est le seul à pouvoir se reproduire. Les autres membres sont généralement les jeunes de la même famille. Au bout de 2 ans, ces derniers peuvent quitter la meute pour former leur propre clan, bien que certains restent au sein du groupe. Le loup ibérique, Canis lupus signatus, est une sous-espèce du loup gris. Il est présent principalement en Espagne avec 2500 individus et au Portugal, où environ 300 loups sont recensés.

Les loups ibériques au Parc zoologique de Paris : 2 frères, Enrique et Diego 

Les ibis

Les représentations des dieux égyptiens sont toutes inspirées d’animaux. C’est le cas par exemple de Thot, dieu de la science, de l’écriture, de l’art et de la sagesse. Il est l’incarnation du savoir, le maître des scribes et l’inventeur des hiéroglyphes. Sa représentation principale était l’ibis, avec son long bec incurvé comme symbole sacré de l’écriture dans la mythologie égyptienne.

Parmi les plus connus, l’ibis rouge, Eudocimus ruber, est facilement reconnaissable avec son plumage flamboyant. Il vit principalement en Amérique du sud. L’ibis huppé, Lophotibis cristata, espèce « quasi menacée » selon l’IUCN, est quant à lui endémique de Madagascar, vivant exclusivement dans les forêts humides de l’île. Au contraire, l’ibis falcinelle, Plegadis falcinellus, a une vaste zone de répartition, notamment dans le sud de l’Europe, en Afrique, mais aussi en Amérique du Nord, en Asie et même en Australie. Il se distingue avec ses beaux reflets métalliques. Ces trois espèces nichent dans les arbres, jamais trop loin des eaux peu profondes où ils peuvent fouiller la vase pour trouver leur nourriture : larves, vers, mollusques, insectes ou petits poissons, mais aussi petits amphibiens ou reptiles qui complètent parfois leur menu. 

L’ibis chauve, Geronticus eremita est un autre représentant emblématique de la famille des Threskiornithidés, vivant en Afrique du Nord. Contrairement aux autres, il niche sur des parois rocheuses sur le littoral ou proches de rivières ou autres points d’eau. Avec une population ne dépassant pas les 250 individus à l’état sauvage, il est classé en danger critique d’extinction sur la liste rouge de l’IUCN.

Les ibis au Parc zoologique de Paris : 4 espèces, l’ibis chauve, l’ibis falcinelle, l’ibis huppé et l’ibis rouge.

Informations pratiques

Parc Zoologique de Paris : avenue Daumesnil 75012 Paris – Renseignements (horaires, tarifs, etc…) sur parczoologiquedeparis.fr ou au 0 811 224 122 (0,06€/min.) 7J/7 de 10h à 17h.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

La Montagne des Singes dans la forêt de Kintzheim (Alsace)

La Montagne des Singes dans la forêt de Kintzheim (Alsace)

Carnet rose au parc zoologique de Paris

Carnet rose au parc zoologique de Paris

Animaparc Occitanie réouvre ses portes au public le 20 juin 2020

Animaparc Occitanie réouvre ses portes au public le 20 juin 2020

Premier bébé hippopotame du Zoo de Beauval

Premier bébé hippopotame du Zoo de Beauval

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).