Sense 8 (Saison 1)

Diffusion : 5 juin 2015

Après un premier épisode où il m’a fallu m’accrocher pour suivre et savoir si j’avais envie de continuer la série, je me suis prise au jeu et je n’ai pu m’arrêter avant la fin des 12 épisodes. Cette saison a posé les bases de la série, histoire de nous rendre accro pour en apprendre toujours plus.

Une femme se suicide dans les ruines d’un temple située à Chicago, aux États-Unis. Sa mort mêle mystérieusement les existences de huit individus éparpillés aux quatre coins du monde. En effet, Nomi, Will, Riley, Capheus, Sun, Lito, Kala et Wolfgang partagent désormais des expériences intellectuelles, émotionnelles et sensorielles communes et se retrouvent capables d’intervenir dans leurs réalités respectives. Ils ne sont pas les seuls à disposer de ces capacités et sont recherchés par une organisation aux desseins obscurs.

Au premier épisode, j’ai eu du mal à me repérer avec les multiples personnages et à comprendre la mécanique des sensitifs mais je me suis accrochée et j’ai bien fait parce que plus ça allait et plus j’avais envie d’en savoir davantage ! Dès le premier épisode, on est dans l’action, dans le suspense, intrigués, on veut comprendre… Le générique est intense, il fourmille d’images, la musique est à la fois prenante et intrigante, bref l’ambiance est très particulière mais j’adore ! Il nous montre la diversité du monde et ses différents aspects. L’idée de départ (le fait que des sensitifs puissent exister) suffit à nous faire accrocher à la série, d’autant qu’elle défend des libertés et aborde des sujets pas toujours évidents.

Le fonctionnement des sensitifs se met en place au fur et à mesure des épisodes et on comprend de mieux en mieux comment cela fonctionne, un peu comme si on était à la place des personnages qui eux-mêmes découvrent leurs facultés et tout ce qu’ils peuvent en faire, les liens qui les unissent et l’entraide possible. Ce que j’aime bien aussi dans Sense 8 c’est que parallèlement à l’arc principal, l’histoire de chaque personnage est développée. Certaines se recoupent ou peuvent se compléter et on a tout le temps un lien entre les histoires de deux personnages. Et on voyage et ça, j’adore. On passe du Kenya à la Corée, à l’Islande ou l’Allemagne… Là encore on se sent comme Capheus qui, lorsqu’il visite les autres aux quatre coins du monde, est toujours émerveillé de ce qu’il voit. Les mondes de chacun sont bien définis et très différents, on sait directement où l’on se trouve. Les images sont particulièrement belles partout mais j’ai une petite préférence pour l’Islande.

Dans cette première saison, on découvre le monde des sensitifs et leur fonctionnement mais on ne sait pas vraiment pourquoi ils sont pourchassés par le Dr que l’on appelle Whispers. Que leur veut-il ? Pourquoi les traque-t-il puisqu’il est lui-même un sensitif ? On ne se focalise pas essentiellement sur cette menace puisque chaque personnage a ses propres soucis.

Will est un officier de police de Chicago hanté par une histoire de meurtre non résolu de son enfance qui a peut-être un lien avec les sensitifs. Il se rapproche de Riley, DJ londonienne qui a quitté l’Islande après une perte douloureuse. J’ai un peu de mal avec Riley, même si elle a un passé très douloureux, je ne la trouve pas très courageuse et baissant les bras assez vite. La scène où elle se fait menacer et mettre la tête plusieurs fois dans un sac plastique est cependant hallucinante. On ressent son asphyxie, on arrête de respirer et on attend de voir si Will réussira à la sauver. C’est une des deux scènes que j’ai ressenti le plus fortement émotionnellement. Will entretient un lien également fort avec Nomi, jeune femme transsexuelle de San Francisco, blogueuse et hackeuse hyper douée, amoureuse d’Amanita. J’adore leur couple fusionnel et leur soutien indéfectible l’une envers l’autre. Elle représente la liberté d’être qui on veut et d’aimer qui on veut. Et en plus, elles ont la classe, elle forme un duo d’enfer pour aider Will à aller secourir Riley ! Elles font partie de mes personnages préférés.

Au Mexique, Lito est acteur et cache son homosexualité de peur de compromettre sa carrière. Il est pourtant fou amoureux d’Hernando. J’adore également leur couple et le trio qu’ils forment avec Daniela. Ils sont la touche comique de la série et presque chaque scène avec eux me fait sourire.

Kala est une jeune pharmacienne de Bombay qui doit se marier avec un homme dont elle n’est pas amoureuse. Pourtant, on peut dire qu’il fait tout pour, il est parfait mais les sentiments ne sont pas là. Elle se rapproche très rapidement de Wolfgang, voleur vivant à Berlin et ayant une vie familiale compliquée. C’est un peu inattendu comme couple puisqu’ils sont clairement à l’opposé l’un de l’autre mais c’est ce qui fait le charme de ce duo. Et Wolfgang est assez marrant quand il veut, tout comme certaines réactions de Kala à son encontre.

Sun est la fille d’un homme d’affaires de Séoul qui pratique les arts martiaux, elle prend une décision très courageuse et méritante même si son frère ne mérite absolument pas son sacrifice. C’est un personnage intriguant puisqu’elle n’affiche pas clairement ses émotions mais s’en sert pour se battre et va souvent aider les autres.

Et enfin Capheus, conducteur de bus à Nairobi qui a besoin d’argent pour payer les soins médicaux de sa mère, se met dans des situations plutôt dangereuse et pourtant il a toujours de la bonne humeur et confiance en ce qui va arriver. Il s’émerveille de tout et ajoute une touche d’innocence  presqu’enfantine. Il défend des valeurs et des principes, quand bien même cela mettrait sa vie en danger.

Chaque personnage a une interaction avec chacun des membres de leur cercle même si certains ont plus d’atomes crochus. Ils sont tous très attachants et c’est intéressant de les voir interagir, partager leurs émotions et voir comment chacun apporte ses compétences à d’autres. Une des scènes mythiques de cette saison est la deuxième très forte émotionnellement. Il s’agit de la scène d’orgie lorsque plusieurs des sensitifs « se visitent » au moment où Nomi et Amanita font l’amour ainsi que Lito et Hernando, Will et Wolfgang se joignant à eux. C’est à la fois très intense et très beau à regarder^^ (C’est dans l’épisode 6 pour les petits curieux !) 

Le casting est très bon. Le rôle de Tuppence change de ce que je l’avais vu faire dans la série Guerre et Paix et je suis contente que Brian J Smith ait enfin retrouvé un rôle important après avoir interprété Matthew Scott dans Stargate Universe, le cantonner à des petites apparitions était un gaspillage de talent. Je ne connaissais pas les autres acteurs auparavant mais tous ont été brillamment choisis.

Cette première saison de Sense 8 m’a mise en appétit pour voir la suite. J’ai hâte d’en savoir plus sur chacun des personnages, leurs futures interactions et de savoir pourquoi ils sont pourchassés. En espérant que la saison 2 répondra à toutes les questions sans réponses…

 

VOIR LA BANDE ANNONCE DE LA SAISON 

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

9-1-1 : Lone Star

9-1-1 : Lone Star

La série Américaine Prodigal Son

La série Américaine Prodigal Son

STARGIRL, découvrez l’héroïne DC Universe sur WARNER TV !

STARGIRL, découvrez l’héroïne DC Universe sur WARNER TV !

Charmed : le Reboot

Charmed : le Reboot

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).