Wet Hot American Summer : Présentation + Pilot

Wet Hot American Summer, à l’origine, qu’est-ce que c’est ?

 

Un film de 2001 qui se déroule sur la dernière journée d’un camp de vacances, dans le Maine. Je n’ai pas vu ce film, il n’est même pas sorti en France et il a eu un succès très mitigé lors de sa sortie. On est vraiment dans un délire « les bronzés » s’il fallait comparer à un film qu’on connaît tous bien. C’est le genre d’humour vraiment lourd, qu’on aime ou qu’on déteste, pas d’entre-deux. Étant moi-même très bon public pour ce type de blagues à deux euros cinquante, j’adore. Mais je n’ai pas encore trouvé le film, ça ne saurait tarder.

Wet Hot American Summer, first day of camp
 
 
Synopsis officiel : C’est le premier jour des vacances au Camp Firewood. L’été promet d’être chaud dans cette série humoristique extravagante, prélude au film culte de 2001. 
 
 
Netflix ne cesse de nous proposer des séries de son cru et pour le coup, l’idée est vraiment pas mal. À savoir que si le film de 2001 retraçait la dernière journée du camp d’été, la série en 8 épisodes va nous montrer la première journée. Et en plus, ils ont réussi à réunir le casting d’origine. Des acteurs comme Bradley Cooper, Paul Rudd… et bien d’autres, qui n’étaient pas forcément connus à l’époque du film et qui depuis ont fait leur trou, s’y retrouvent dans des rôles absolument décalés.
C’est donc une mini série qui fait office de préquelle au film et qui s’adresse non seulement aux fans du film (qui depuis a eu son succès outre-Atlantique) mais aussi à ceux qui voudraient le découvrir.
On a donc un concept vraiment intéressant, voyons voir ce que le premier épisode a donné…
 
 
 
Netflix
 
 
 
Épisode 1/8 : mon avis
 
Déjà, à noter que ce sont de courts épisodes de moins de trente minutes. Donc ça se regarde tranquillement, rapidement. Pas d’overdose prévue à mon avis. Surtout que c’est une mini série.
On débarque juste avant l’arrivée des campeurs, côté monos et staff. Paul Studd s’illustre immédiatement comme le « beau gosse » de service qui a un neurone qu’il partage en garde alternée avec quelqu’un, sans aucun doute. Et on découvre chaque personnage dans toute sa splendeur. Mais lui, j’avoue qu’il m’a bien fait marrer.
Pas de subtilité, c’est lourd, c’est de l’humour bien gras et personnellement, sans avoir éclaté de rire, j’ai apprécié ce premier épisode. J’adore le look des personnages, on est en 1981 et tout est très, très kitsch… De l’énorme radio-cassettes que l’on voit dans le générique, aux bandeaux très Véronique et Davina que les personnages portent… jusqu’au bandana… Un bandana !
 
 
Camp
 
 
 
Bref, ce n’est pas tant pour son scénario (qui a l’air bien loufoque et barré) que pour l’ambiance que je me suis mise à regarder cette série. J’adore aussi le fait que les acteurs, même s’ils ont 15 ans de plus et plus franchement le même physique, se soient prêtés au jeu de reprendre leur personnage comme si de rien n’était. Ça peut surprendre pour certains mais ça donne quelque chose de vraiment sympa sur l’idée. Il faut regarder cette série en se disant que ça va être surtout un bon moment de détente et une sorte de revival des années 80 !
 
 

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

9-1-1 : Lone Star

9-1-1 : Lone Star

La série Américaine Prodigal Son

La série Américaine Prodigal Son

STARGIRL, découvrez l’héroïne DC Universe sur WARNER TV !

STARGIRL, découvrez l’héroïne DC Universe sur WARNER TV !

Charmed : le Reboot

Charmed : le Reboot

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).