Maison de Jean Cocteau à Milly la Forêt (Île de France)

Maison de Jean Cocteau à Milly la Forêt (Île de France)

Jean Cocteau artiste multiple et réalisateur de génie du mythique Belle et la Bête s’est installé après le tournage de ce dernier dans une maison à Millie la Forêt dans l’Essonne (91).
Il cherchait un lieu de vie et trouva « un cadre » qu’il ne quitta qu’à sa mort dans cette maison, anciens communs d’un petit château.

Le château en question est le cadre justement du jardin entourant la maison dont l’espace est rythmé par les anciennes douves. Tout y est : un décor d’architecture et verdure encadre un jardin de promenade et détente où le bruit de l’eau n’est troublé que par celui des oiseaux. On pourrait croire à un décor de cinéma.

Le corps de bâtiment est sans grande prétention hormis deux tourelles encadrant l’entrée vestige du temps où la porte du domaine du château se trouvait au niveau de la maison.
Une fois passée l’entrée on entre dans l’intimité de Jean Cocteau.

Ce lieu a été transformé en musée en 2010 et continue avec les années à s’enrichir d’éléments là pour raconter l’histoire et la mémoire de cet artiste. On ne peut évident le dissocier de Jean Marais. Chacun fut la muse et l’amant de l’autre source d’inspiration créatrice.
Au-delà du lien réalisateur/acteur Jean Marais dessinait Jean Cocteau et Jean Cocteau dessinait Jean Marais mais aussi dans une frénésie créatrice sculptait, écrivait des poèmes, un artiste protéiforme.

Le jardin :

L’arrière de la maison donne sur une cour avec en fond le château et des arbres un lieu calme où quelques tables et chaises sont installées pour contempler le point de vue qui décida Jean Cocteau à acheter cette maison.
La promenade se poursuit en longeant les anciennes douves du château transformées en canaux. Après avoir passé un petit pont on se retrouve dans un verger de pommiers avec un petit bois au fond. Dans cet espace est installée une œuvre contemporaine de Murielle Joubert.
Des tiges se dressent au bord de l’eau et présentent les différentes manières comment les feuilles s’épanouissent et se déploient sur les plantes.

En revenant vers la maison on trouve l’ancien potager où sont organisés des concerts : les Samedis musicaux du 22 juin au 14 septembre dont l’entrée est à 7,50€ ou gratuite si vous visitez le musée.

La Maison :

C’est depuis l’ancien potager que l’on entre dans la maison et directement dans la cuisine.
Celle-ci est étonnante car en hauteur et accessible par quelques marches donnant l’impression d’une scène de théâtre. Il ne reste rien de son ameublement d’origine mais le lieu sert d’exposition à une sculpture suspendue réalisée par Cocteau et la projection de ses dessins.
Une petite salle à manger longe la cuisine puis on découvre le vestibule d’entrée où est exposée une sculpture de sirène qui servait de porte manteau.

On arrive alors à la pièce principale du rez-de-chaussée, un grand salon de réception décoré de pleins d’éclectiques objets de collection et cadeaux reçus. Des sculptures de ses propres mains sont posées sur une petite table basse alors que la cheminée est ornée d’un imposant soleil doré que lui a offert Coco Chanel, un automate est déposé cadeau de Jean Marais et partout on trouve des sculptures d’animaux ou des objets incongrus dont une spectaculaire corne de narval.

Le premier étage s’établit en deux espaces. Tout d’abord le bureau et la chambre de Jean Cocteau et un espace d’exposition consacré au rapport de Jean Cocteau à la musique très intéressante et joliment mise en scène.
Le bureau est étonnant avec des tentures au mur et plafond imprimées léopard motif que l’on retrouve aussi sur la banquette et la lampe du bureau. Le reste du bureau est rempli d’objets personnels. C’est surchargé mais étonnamment on en fait vite abstraction le lieu semblant paisible.
La chambre est quant à elle beaucoup plus sobre avec une fresque sur un mur digne d’un conte de fée dont une partie est attribuée à Jean Marais.

Le second étage dit étage Jean Marais est le lieu où se trouvait la chambre de l’acteur. La pièce a été vidée du vivant de Jean Cocteau quand ils se sont séparés et sert de lieu d’exposition d’objets en lien avec Jean Marais dont une photo de Jean Cocteau installé à la fenêtre de cette chambre vidée en train de dessiner et dont il avait fait un atelier.

La maison de Jean Cocteau est un lieu très intime en lien avec sa vie et son histoire. Il mourut dans cette maison et fut enterré dans l’église à proximité.


C’est une visite étonnante pendant laquelle on découvre l’homme comme l’artiste mais aussi l’importance de ses proches. L’ensemble est à la fois chargé de décorations et souvenirs et en même temps très simple et avec un lien fort avec le jardin alentour sans grandiloquence et un lieu de calme et sérénité plein de charme et enchanteur : un décor de conte fée.

L’ouverture saisonnière (groupes et individuels) a lieu du 3 mai au 3 novembre 2024 du jeudi au dimanche de11h à 18h, à noter que toutes les visites sont guidées et partent toutes les demi-heures.
La réservation en ligne est conseillée.

Tarif :
Adultes 9.50€
Séniors +65 ans : 8€
Tarif réduit dont enfant et jeune adulte 10-21 ans : 6.50€
Gratuité : enfant moins de 10 ans.

Adresse :
15 rue du Lau
91490 Milly-la-Forêt

Plus d’informations par ici.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Saison photo 2024 à l’Abbaye Royale de l’Epau, près du Mans.

Saison photo 2024 à l’Abbaye Royale de l’Epau, près du Mans.

Le Château de Cheverny

Le Château de Cheverny

Le Musée Préhistoire de Nemours (Seine et Marne – 77)

Le Musée Préhistoire de Nemours (Seine et Marne – 77)

Le château Vodou à Strasbourg

Le château Vodou à Strasbourg

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).