Aux origines de la bande dessinée : l’imagerie populaire au musée de l’Image à Épinal

Aux origines de la bande dessinée : l’imagerie populaire au musée de l’Image à Épinal

Créé en 2003 et géré par la Ville d’Épinal, le musée de l’Image abrite l’une des plus importantes collections d’images populaires imprimées à Épinal mais aussi par d’autres imageries Françaises ou étrangères, du 17e au 21e siècle. Cette collection de plus de 110 000 images est unique en Europe.

Aux origines de la bande dessinée au Musée de l’image d’Epinal évoque uniquement des débuts du 9e art. L’exposition est courte en terme de nombre de salles. Mais d’une densité incroyable concernant le nombre d’œuvres exposées (200), leur diversité (caricatures, gravures, dessins pour enfants, etc.) et leur intérêt artistique, intellectuel & historique.

Images pour enfants, devinettes, feuilles de saints, images de Napoléon ou guerre 14-18, l’imagerie populaire a tout illustré et le musée invite à découvrir dans ses expositions la richesse de ces productions.

Il apporte ainsi un éclairage sur la société qui a produit ou acheté ces images et vous fait comprendre son histoire, ses goûts ou ses usages. Plus d’informations ici.

La bande dessinée n’a pas toujours eu bonne presse. Si elle représente actuellement un secteur prolifique en librairie, elle a mis longtemps à se départir de sa réputation de sous-littérature.

À bien y regarder, son succès actuel fait écho aux disciplines populaires dans lesquelles elle plonge ses racines : la caricature politique, le dessin de presse et l’imagerie.

Cette dernière, en mêlant dès le 18e siècle texte et image afin de constituer un récit continu et séquencé, ouvre très tôt la voie.

Les 200 œuvres sélectionnées pour l’exposition, issues de collections publiques et privées, montrent cette filiation : des historiettes « en gaufrier » typiques de l’imagerie d’Épinal aux premiers « récits en images » du Suisse Rodolphe Töpffer (1827) considéré comme le père de la bande dessinée, des caricatures anglaises aux histoires loufoques de Gustave Doré, le musée de l’Image explore les fondements de la bande dessinée.

L’exposition accorde une place particulière à la jeunesse vers laquelle les éditeurs français se sont rapidement et préférentiellement orientés, avec une section consacrée à deux grandes maisons concurrentes de la fin du 19e siècle : Albert Quantin à Paris et l’Imagerie Pellerin à Épinal.

Les deux renouvellent le genre en faisant appel à des dessinateurs de renom tels que Steinlen, Christophe ou Rabier… L’exposition est complétée par un clin d’œil contemporain faisant écho au sujet, avec le photographe lyonnais Philippe Pétremant et sa série pleine d’humour et de bulles.

Musée de l’Image à Épinal : 42 quai de Dogneville 88000 Épinal – 03 29 81 48 30 – www.museedelimage.fr – Du 26 juin 2021 au 02 janvier 2022 – Entrée : 3 € – Gratuit pour les moins de 18 ans – Billet famille : 5 € – Du 1er septembre au 30 juin : tous les jours de 9h30 à 12h et de 14h à 18h (fermé le lundi matin), Dimanche et jours fériés 10h à 12h et 14h à 18h – Du 1er au 31 août : tous les jours de 10h à 18h en continu (fermé le lundi matin jusqu’à 14h) – Fermeture exceptionnelle le 25 décembre et le 1er janvier.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Exposition Empreintes au square des épinettes, côté rue Jean Leclaire 75017 Paris

Saison photo 2024 à l’Abbaye Royale de l’Epau, près du Mans.

Saison photo 2024 à l’Abbaye Royale de l’Epau, près du Mans.

Robert Capa, Icônes dans la galerie des Maîtres des Franciscaines à Deauville (Normandie)

Planète(s) Decouflé au Centre national du costume et de la scène à Moulins dans l’Allier

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).