La Fille du Boucher, restaurant juif Tunisien à Paris

La Fille du Boucher, restaurant juif Tunisien à Paris

Jessy a grandi dans le 17e arrondissement de Paris et, déjà au collège, tout le monde l’appelait La Fille du Boucher. En effet, son père tenait la boucherie BERBECHE, en face. Plus tard, quand elle rencontra Nicolas et qu’ils ouvrirent ensemble leur premier restaurant, ce fut donc une évidence de l’appeler ainsi.

La Fille du Boucher est la seule brasserie cacher typiquement Parisienne. Au fil des années, Jessy et Nicolas ont su fidéliser et séduire une clientèle d’inconditionnels, proposant plusieurs plats du jour à petit prix le midi.

La Fille du Boucher est un restaurant cacher sous le contrôle du Beth-Din.

À mon avis, c’est l’un des meilleurs couscous de Paris (avec celui du Rendez-vous avenue de Wagram). Il ressemble étonnamment à celui de Mamie. Et ce n’est pas un compliment mineur dans ma bouche.

Attention, pensez à ne pas manger au moins 2 jours avant : j’ai un excellent appétit et j’ai eu du mal à terminer mon assiette. Les portions sont particulièrement copieuses. Et les tarifs plus que raisonnables : pour 4 personnes, on a payé 108 €. Cela comprenait 2 entrées (plus que très suffisantes en terme de quantité pour 4), 4 plats, une bouteilles de vin, un soda et 2 cafés. Bref, c’est très bon, on mange très bien. Le seul petit bémol, c’est le service un peu long. Mais qui est compensé par une excellente ambiance.

20 Rue Cardinet, 75017 Paris – 01 42 67 14 19 – Ouvert de midi à 15h et de 18h30 à 22h30 – www.lafilleduboucher.fr.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

La table du Luxembourg (Paris) révèle sa carte printemps / été 2023

Le Beau Café by Fleur de Chef au Musée des Beaux-Arts de Lille

L’Artisan Libanais (Paris)

Sormani, restaurant gastronomique Italien à Paris

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).