Mon Rouge, un parfum Yves Rocher

Mon Rouge, un parfum Yves Rocher

Après une période où les diktats de la mode imposaient un style de beauté très codé, où les conventions fixaient une façon très standardisée de penser et de se comporter, c’est aujourd’hui tout l’inverse. Nous rentrons dans une période où chacun prend confiance en ce qu’il est, en ce qu’il pense, en ce qu’il veut.

Une période où chacun apprend à s’aimer en valorisant ses forces et en faisant de ses faiblesses des atouts.

C’est ce qu’on appelle le self love.

S’aimer avant tout, s’aimer inconditionnellement, s’aimer peu importe ce que les autres pensent, c’est un pouvoir immense, celui d’assumer celui qu’on est. AND YOU, WHAT’S YOUR POWER ?

C’est ce manifesto que Caroline Dumur (notre nez partenaire de IFF) a souhaité incarner dans MON ROUGE, un jus floral captivant, hyper addictif et gourmand composé d’Iris, d’Essence de Néroli & de Patchouli.

Un parfum exceptionnel, un univers puissant. Les équipes Yves Rocher ont développé un flacon en verre ultra moderne, coloré et pétillant, qui mêle rouge et fuchsia. Deux couleurs impactantes qui animent des sentiments passionnels et offrent une association insolite, en dehors des diktats, bref, totalement inspiré par ce concept fort du Self Love. Mais nous n’en avons pas oublié pour autant qui nous sommes.

Mon Rouge c’est aussi un parfum engagé : un capot contenant du plastique recyclé, des flacons sans laquage donc plus facilement recyclables et une pliante en carton issu de forêts gérées durablement.

Disponible en 30 ou 50 ml dès septembre 2020.

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).