Se jeter à l’eau de Gwen Morizur et Elléa Bird

Se jeter à l’eau de Gwen Morizur et Elléa Bird

Une histoire pleine de poésie et de mystère à la recherche d’une place dans l’infiniment grand. Leïla vit une vie tranquille et lisse, un ronron quotidien dans lequel elle se sent un peu à l’étroit. Cette vie, qu’elle a l’impression d’avoir choisie, semble l’étouffer, sans qu’elle sache vraiment pourquoi. C’est une succession de signes qui l’amènent à prendre la route, partir en Bretagne sur les traces de sa vie, de ses envies et de son histoire pour se bâtir le futur qu’elle désire et le tourner vers le monde, la mer et les baleines.

Leïla est une jeune femme qui a tout pour être heureuse : un boulot, un amoureux, mais le lecteur se rend vite compte que ce n’est pas le cas. Elle dit étouffer dans cette vie tranquille, ce qui la fait souffrir c’est ce qu’elle a voulu oublier et qui lui revient par bribes. Par petites touches, avec de très beaux dessins sur les poissons et la mer, nous comprenons pourquoi elle en est arrivée là. Et ce n’est pas parce qu’elle a quelques kilos en trop (j’aime bien l’idée d’une héroïne avec des rondeurs sans que ce soit le sujet soit dit en passant…) qu’elle se sent mal.

De l’introspection, une conscience politique et écologique qui sauve, il y a beaucoup de thèmes à développer dans cette belle BD. J’ai beaucoup aimé les dessins qui sous prétexte d’être simples sont très figuratifs, tout en respectant l’onirisme des souvenirs et des rêves. On « nage » auprès de Leïla qui « se jette à l’eau » à plusieurs reprises ! La définition de ce qui est aussi une expression montre bien les intentions de Leïla : « Se décider de manière brusque, prendre une décision risquée dont les retombées sont incertaines, ou s’engager sans être sûr de réussir. » J’ai bien aimé aussi la morale écologique de cette histoire : « En prenant soin de l’infiniment petit, tu prends soin de l’infiniment grand ».Un très bon moment de lecture, dépaysant et poétique.

Éditeur : Steinkis – Collection : Jungle RamDam – Scénario : Gwen Morizur – Dessin : Elléa Bird – Date de parution : 10 mars 2022 – 80 pages – Prix : 18 €.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Yakari – Tome 42 : La colère de Thathanka de DERIB (dessins), Xavier Giacommeti (scénario), Rebekrah Paulovich (couleurs)

Yakari – Tome 42 : La colère de Thathanka de DERIB (dessins), Xavier Giacommeti (scénario), Rebekrah Paulovich (couleurs)

Fils de sorcières – Tome 2 : Le voleur de Songes de Maxe L’Hermenier et Steven Dhondt dit Stedho, d’après Pierre Bottero

Fils de sorcières – Tome 2 : Le voleur de Songes de Maxe L’Hermenier et Steven Dhondt dit Stedho, d’après Pierre Bottero

Casse-Noisette et le roi des souris par Nathalie Andrewson d’après E.T.A. Hoffmann

Eusèbe, le chat qui rêvait de devenir un super-héros de Séverine de la Croix, Valéria Orlando et Pauline Roland

Eusèbe, le chat qui rêvait de devenir un super-héros de Séverine de la Croix, Valéria Orlando et Pauline Roland

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).