La petite sirène réalisée par Rob Marshall

La petite sirène réalisée par Rob Marshall

Première diffusion télévisée : dimanche 24 décembre 2023 à 21h10 sur Canal +.
Ariel, la benjamine des filles du roi Triton, est une jeune sirène belle et fougueuse dotée d’un tempérament d’aventurière. Rebelle dans l’âme, elle n’a de cesse d’être attirée par le monde qui existe par-delà les flots. Au détour de ses escapades à la surface, elle va tomber sous le charme du prince Eric. Alors qu’il est interdit aux sirènes d’interagir avec les humains, Ariel sent pourtant qu’elle doit suivre son cœur. Elle conclut alors un accord avec Ursula, la terrible sorcière des mers, qui lui octroie le pouvoir de vivre sur la terre ferme, mais sans se douter que ce pacte met sa vie – et la couronne de son père – en danger…

C’est l’adapatation live action du dessin animé sorti en 1989 tiré du conte d’Hans Christian Andersen sorti en 1836.

Alan Menken revient en tant que compositeur de la bande originale accompagné de Lin Manuel Miranda (Vaiaina, Hamilton).

Le casting réunit Halle Bailey (Ariel), Melissa McCarthy (Ursula), Javier Barden (Roi Triton), Daveed Diggs (Sébastien), Jacob Tremblay (Polochon), Awkwafina (Eureka) et Jonah Hauer-King (Prince Eric).

Nouvelle adaptation live action d’un des classiques de Disney le film a subi une fois de plus une campagne dont le racisme n’est pas assumé à l’encontre de son actrice principale Balle Bailey en raison de sa couleur de peau. C’est on ne peut plus regrettable et irrespectueux.
J’avais une certaine appréhension en entrant en salle bien plus sur la pertinence de cette adaptation et le redesign des créatures en cgi, en particulier Polochon, que sur le casting humain et sirènes.
Force est de constater que cette adaptation a su me convaincre malgré mes réticences de départ. La performance d’Halle Bailey est exceptionnelle principalement sa voix aérienne. Elle a su s’approprier les chansons d’origine et les amener ailleurs et ne démérite pas sur les nouvelles chansons qui rythme le long métrage.
Javier Barden incarne un royal Triton et Mélissa McCarty une parfaite Ursula. Johan Hauer-King assure le rôle du Prince Eric et ses scènes avec Halle Bailey fonctionnent biens. Leur alchimie fonctionne bien mieux que celle entre Emma Watson et Dan Stevens dans la Belle et la Bête, ce qui n’était pas bien difficile.
Au casting vocal Daveed Diggs en Sėbastien est parfait et n’a d’égal qu’Awkwafina en Eurêka. Ils ont d’ailleurs un duo pour une chanson inédite très réussie. Polochon incarné par Jacob Tremblay demeure un personnage assez secondaire et son design peu convainquant sur les affiches fonctionne bien en animation.
Le scénario prend des directions différentes plutôt intéressantes dans les thématiques abordées sans dénaturer le film dont il est un remake.
Mon seul vrai reproche est le rendu des scènes sous l’océan qui ont été tournées en studio et dont on sent très clairement qu’elles n’ont pas été tournées sous l’eau. On sent que personnages sont suspendus dans les airs. C’est d’autant plus flagrant en comparatif des scènes qui ont été effectivement tournées en bassin comme la scène de naufrage au début du film où Ariel sauve Éric.
Malgré cet effet qui pour moi ne fonctionne pas j’ai trouvé cette adaptation de la Petite Sirène réussie.

Genre : conte de fée, live action – Nationalité : américaine – Durée : 2h15 – Date de sortie : 24 mai 2023 – Production : Walt Disney Studios

À l’occasion de la sortie du film j’ai assisté à la conférence de presse où étaient présents : Halle Bailey (Ariel), Javier Barden (Triton), Mélissa McCarthy (Ursula), Johan Hauer-King (Éric), Noma Dumezweni (Reine Selina, mère d’Eric), Daveed Diggs (Sébastien), Awkwafina (Eurêka) et Jacob Tremblay (Polochon) pour les acteurs.


Halle parlant de son rapport au personnage d’Ariel a expliqué qu’elle représente 5 ans de sa vie de ses 18 à 23 ans et que le personnage l’a aidé à grandir voyant la transformation d’Armel de sirène à humaine comme celui de son passage à l’âge adulte.


Javier a évoqué sa vision de Triton, un père aimant profondément sa fille et qui à cause de cette affection finit par l’étouffer et que de son point de vue le conte dans cette version en film voit le roi et la reine apprendre de leurs enfants effectifs. Il était ne pouvoir porter une armure et non être à moitié nu constamment. Javier a aussi évoqué sa joie que ses enfants puissent enfin voir un de ses films. No country fol old men ne leur étant pas trop destiné pour une fois ils ont pu voir que leur père a bien un métier.


Melissa a tout d’abord évoqué que c’était la première fois que ses enfants venait à la première d’un de ses films et le plaisir qu’elle avait de les voir enthousiastes sur un de ses projets. Elle a ensuite évoqué avoir adoré les répétitions, avoir retenu ses larmes en entendant Halle changer afin qu’elle ne la croit pas folle. Jouer Ursula a impliqué rester systématiquement suspendue dans les airs pour que la sorcière des mers qu’elle incarne semble nager constamment.


Jonah a dans un premier temps évoqué sa relation avec Noma qui joue sa mère et avait un comportement très maternel avec lui se préoccupant de sa santé, son état d’esprit et l’en a remercié. Alors qu’Halle et lui ont évoqué qu’incarner une Princesse et un Prince Disney était quand même très bizarre. Il est ensuite revenu sur le fait qu’il aimait beaucoup que la relation entre Ariel et Éric se construit d’abord sur une amitié dans le film avant d’être amoureuse et que les deux personnages ont le même esprit d’aventure.


Noma a tout d’abord évoqué le travail de Rob Marshall qui réunit, chose rare, systématiquement ses acteurs sur le décor pour faire une répétition de la scène ce qui contribue à maîtriser la scène pour les acteurs et laisse place au jeu ensuite. Évoquant le fait qu’elle incarnait un personnage absent du dessin animé elle a simplement dit avoir une totale confiance dans son réalisateur et s’est laissée guider. « Je ne suis pas difficile. Donnez moi un bon costume, une belle perruque et je suis très heureuse. »


Jacob a tout juste 15 ans joue Polochon et a exprimé combien il a aimė travailler sur l’anxiété constante de son personnage et apprécié le soutien des autres acteurs.


Daveed a d’abord exprimé que malgré son passé dans le casting d’Hamilton, c’était à ses yeux le projet le plus cool auquel il avait participé appréciant que ce grand projet était abordé de manière très simple en particulier pour les voix mais que voir se concrétiser à l’écran ce qu’il avait imaginé en incarnant Sébastien était fantastique.


Awkwafina a évoqué avec humour comment elle devenait Eurêka après deux margaritas puis parlant de son processus pour incarner son personnage elle a aurait aimé nous dire que cela demandait un rythme de vie particulier et non seulement arriver au studio généralement en crocs et interpréter ses lignes de dialogue et être certaine de ne pas avoir le covid.


Après un court intermède nous avons accueilli Rob Marshall (réalisateur), Alan Menken (compositeur) et John DeLuca (producteur).


Rob a d’abord évoqué que c’était 4 ans et demi de travail qui s’achève avec la sortie de ce film. Évoquant le casting d’Ariel il a insisté sur le fait que ce dernier a été fait sans se préoccuper du groupe ethnique de l’actrice mais bien de sa capacité pour habiter le rôle et qu’Halle s’est imposée à eux. Dans son processus créatif il a évoqué combien il aimait tourner des comédies musicales avec des acteurs qui n’y sont pas familier car il aborde le chant du point de vue du personnage et non de la performance vocale prenant l’exemple de Mélissa qui a poussé son interprétation d’Ursula dans des directions qu’elle ne pensait pas pouvoir atteindre car le chant est une extension naturelle de son travail d’actrice. Il veut mettre ses acteurs dans un espace de jeu protégé où ils peuvent échouer, expérimenter, progresser sans se sentir jugés dans ce processus. Rob présente la comédie musicale au cinéma comme un hybride entre le théâtre et le cinéma axé sur la performance artistique.


John a expliqué que la scène la plus complexe du film fut la chanson Sous l’océan du fait de la préparation nécessaire en amont pour la concevoir puis la filmer. Ils ont longuement repoussé avec Rob de se lancer dans la conception de celle-ci. Le fait d’avoir un seul personnage réel au milieu de beaucoup d’effets à demander une grande quantité de travail en amont et c ‘est une scène pour laquelle il y avait une très grosse attente. Il est aussi revenu sur le casting d’Halle qui a chantė Partir là bas et les a conquis immédiatement enchaînant avec les vocalises d’Ariel et un bout de Sous l’océan. Il a enfin évoqué le tournage qui s’est fait en Sardaigne pour les extérieurs appréciant la beauté de la plage qu’ils ont trouvé et les décors naturels de bord de mer non envahis de constructions.


Alan compositeur des chansons originelles du dessin animé est revenu pour écrire 3 nouvelles dont un rap entre les personnages de Sébastien et Eurêka écrit avec l’aide de Lin Manuel Miranda. Il s’est dit absolument conquis par la prestation d’Halle et comment elle a interprété ses chansons. Il s’est aussi senti profondément touché et honoré de voir ses chansons obtenir une seconde vie à travers ce remake trouvant enthousiasmant et stimulant de rėorchestrer son travail. Il a adoré à l’influence de Lin Manuel d’apporter des sonorités caribéennes à la musique.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Belle et Sébastien : nouvelle génération réalisé par Pierre Coré

Transformers Rise of The Beasts

Le Secret de la Cité Perdue réalisé par réalisé par Aaron et Adam Nee

Le Secret de la Cité Perdue réalisé par réalisé par Aaron et Adam Nee

Les Trois Mousquetaires : d’Artagnan réalisé par Martin Bourboulon

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).