Ressortie d’Avatar réalisé par James Cameron

Ressortie d’Avatar réalisé par James Cameron

Avant de découvrir la suite épique des aventures de la famille Sully le 14 décembre 2022 au cinéma, embarquez pour le plus extraordinaire des voyages à travers les contrées lointaines de Pandora en 2154.   

Avatar sera proposé en salles pour une durée limitée, dans une version remasterisée inédite rehaussée d’une image 4K et d’un son HDR exceptionnel, ainsi que dans une large sélection de formats immersifs 2D et 3D.

Écrit et dirigé par le réalisateur multi-oscarisé James Cameron, Avatar met en vedette Sam Worthington, Zoe Saldaña, Stephen Lang, Michelle Rodriguez et Sigourney Weaver.
Le film a été produit par James Cameron et Jon Landau.
Nommé pour neuf Oscars®, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur, le film a remporté ceux de la meilleure photographie, de la meilleure direction artistique et des meilleurs effets visuels.

2009, Le phénomène Avatar :
Sorti en 2009 Avatar de James Cameron a posé un jalon dans le cinéma initiant la mode des films 3D et l’obligation pour les salles de cinéma de s’adapter proposant alors une 3D au rabais quand leurs salles n’étaient absolument pas conçues pour supporter ce type de technologie.
Cette mode est passée avec le temps alors qu’une prise de conscience semblait avoir eu lieu : la 3D n’est qu’un gadget et un outil au service de l’histoire et non argument déterminant la qualité du film.
Le film de James Cameron a traversé la décennie 2010 auréolé de son succès historique au cinéma mais ne vivant plus que par des diffusions à la télé et des visionnages en DVD/Blu-ray/streaming. La magie de la salle obscure n’étant plus là il restait un film avec une direction artistique très belle, certes repompée sur ce qui avait été fait en jeu vidéo mais où un univers complet avait été posé, ambitieux mais dont on avait l’impression de n’avoir touché que la surface.

2022, que reste t’il d’Avatar ?
L’histoire souffrait de personnages creux et stéréotypés (surtout les antagonistes) et d’un scénario reprenant la trame de Pocahontas. Le film étant au final une parabole en bleue du mea culpa des blancs américains ayant compris qu’ils ont été très très méchants en volant leurs terres et exploitant les ressources des peuples amérindiens et en profitant au passage pour les massacrer à grands coups de technologie supérieure occidentale. C’était guère subtil mais bon disons que le message était là.
Par contre le fait que Neytiri perde toute personnalité dans le dernier tiers du film pour devenir « la meuf du gars qui a le plus gros dragon du quartier » et pardonne toute la colère et rancœur (légitime) qu’elle ressent au dit gars justement parce qu’il a le plus gros dragon du quartier passe de plus en plus difficilement en 2022.

Il reste quand même cette idée de fond que même si les Nävis ont gagné c’est uniquement grâce au travail d’appropriation culturelle (si j’ai le plus gros dragon du quartier tout le monde m’obéira) initié par un blanc occidental tombé amoureux d’une indigène locale et se servant d’elle pour manipuler les populations locales et les entraîner dans une guerre faisant d’innombrables victimes après avoir fourni à ses compatriotes blancs occidentaux les moyens d’exterminer les indigènes en question.
On aurait apprécié un semblant de culpabilité de la part du jeune Jake sully.

Tout ceci n’aura pas empêcher le film d’être un divertissement et d’ouvrir la voie vers une ribambelle de suites dans la première sortira le 14 décembre prochain et l’occasion d’explorer cet univers et approfondir (enfin !) les personnages.

Avatar remasterisé, préambule à Avatar La voie de l’Eau.
En vue de la sortie prochain de ce nouveau volet Avatar a quitté la plateforme Disney+ pour ressortir au cinéma avec une nouvelle technologie appliquée au film basculant en 4K et en son HDR.
Ce lifting est l’occasion d’offrir au film une seconde vie au cinéma, de rappeler l’histoire en vue de la sortie du second volet et d’offrir un aperçu de cette technologie.
C’est donc Pandora 2.0 que nous visitons.
Le son est en effet totalement immersif dans cet univers mais la 4K ne fait pas du bien au film du tout.
Les textures des peaux sont au mieux étranges voire laides, l’animation des créatures semble bizarre et à présent les personnages ne semblent dans certaines scènes ne plus toucher le sol. L’impression est inégale d’une scène à l’autre comme de voir une cinématique d’un jeu vidéo dernière génération sur une console d’une ancienne génération.
Cela semble ambitieux visuellement mais échoue régulièrement et ce sont les personnages et créatures qui en pâtissent là où les décors demeurent sublimes.

Ce portage 4K est encore la preuve que James Cameron expérimente en terme de technologie comme il adore le faire pour chacun de ses films et on ne peut qu’espérer que l’expérience sera parachevée pour la sortie d’Avatar la Voie de l’Eau.

Gene : Science Fiction – Date de sortie : 21 septembre 2022 – Durée : 2h42 – Distributeur : The Walt Disney Company France

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Vesper Chronicles réalisé  par Kristina Buozyte et Bruno Samper

Vesper Chronicles réalisé par Kristina Buozyte et Bruno Samper

Divergente réalisé par Neil Burger

Divergente réalisé par Neil Burger

Divergente 2 : L’Insurrection réalisé par Robert Schwentke

Divergente 2 : L’Insurrection réalisé par Robert Schwentke

Divergente 3 : Au-delà du mur réalisé par Robert Schwentke

Divergente 3 : Au-delà du mur réalisé par Robert Schwentke

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).