Che Malambo à Bobino (Paris)

À côté du tango, le Malambo est l’autre danse nationale de l’Argentine, celle qui puise dans la tradition des gauchos de la pampa et transforme l’exubérance physique du cavalier en virtuosité dansée.

Che Malambo est un ballet unique en son genre : telle une horde sauvage, emportée, énigmatique, les danseurs, mi-hommes mi-chevaux expriment toute la virtuosité du Malambo. Ils se défient en frappant les zapateados, battent la mesure et rythment le galop avec le bombo, gros tambour en bois et en peau, et font tourner les boleadores, lassos munis de boules de bois aux extrémités, de façon vertigineuse. Avec une vitalité masculine superbement affirmée, les quatorze artistes offrent du premier au dernier souffle un spectacle vibrant des traditions de la pampa, bien loin des clichés folkloriques.

Une fête rythmique et alternative, sans retenue, sensuelle et puissante !

Che Malambo est un spectacle particulièrement virile et assumé comme tel. Les spectateurs sont en présence d’hommes, de vrais ! Mais, aussi de danseurs – de grands sportifs en fait – exceptionnels par leur prestation sensuelle et puissante. On sent les heures de travail qui permettent de présenter un spectacle aussi impeccable. Les chorégraphies sont aussi impressionnantes que minutieuses.

Du 30 janvier au 21 avril 2019 – Spectacle de danse – Durée : 1h05 – Bobino : 14-20 rue de la Gaîté 75014 Paris – De 20 € à 54 € – Du mercredi au samedi à 19h – Le dimanche à 17h – Vidéo de présentation.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Tutu, la danse dans tous ses états à Bobino (Paris)

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).