Séries à binge watcher : Episode 1

Séries à binge watcher : Episode 1

Je vous propose quelques suggestions de séries à découvrir sur différentes plateformes.

J’ai essayé de fouiner dans celles-ci des séries qui ne bénéficient pas d’une grande publicité mais valent vraiment le coup d’œil et un peu dans tous les genres.

Au fil des épisodes le concept évoluera en fonction de vos retours et n’hésitez à me faire des suggestions.

Et remercions Penny de The Big Bang Theory dont l’image de couverture me semble un bon résumé de l’état de chacun après un week-end de séries.

Séries de genre :

Russian Dolls  (Netflix)

2 saisons 15 épisodes, peut-être une saison 3 à venir.

De quoi ça parle ?
Une femme prise au piège d’une mystérieuse boucle revit sans cesse une nuit de fête à l’issue de laquelle elle meurt… avant de se réveiller le lendemain, indemne.

C’est avec qui ?
Natasha Lyonne incarne le personnage principal Nadia. Elle jouait précédemment dans Orange is the new black.

Pourquoi c’est bien ?
Le ton de la série est très décalé et drôle. Il joue avec le principe de la boucle temporelle pour sa première saison et s’amuse du comique de répétition que cela entraine pour l’héroïne. J’ai cru crever de rire durant un épisode complet où elle n’arrive pas à descendre l’escalier pour sortir de l’appartement sans mourir et recommencer sa boucle temporelle.
La saison 2 change d’idée et l’on part dans le voyage dans le temps. Décidemment rien n’est simple pour Nadia.

Doom Patrol (SYFY)

3 saisons, 34 épisodes, une quatrième arrive bientôt.

De quoi ça parle ?
Robotman, Negative Man, Crazy Jane ou encore Elasti-Girl souffrent de handicaps ou ont été physiquement marqués par des accidents. Rejetés par la société et désormais dotés de super pouvoirs, tous ont trouvé un sens à leur vie en agissant pour le compte du Dr. Niles Caulder, un scientifique fou qui leur est venu en aide à un moment donné de leur vie et qu’ils aident à protéger la planète.

C’est avec qui ?
La série réunit Timothy Dalton (James Bond, Penny Dreadful) en professeur Xavier râté, Brendan Fraser (La Momie, George de la Jungle) en robocop blasé, Matt Bomer (American Horror Story) enturbané comme l’homme invisible et dépressif, April Bawlby (Drop Dead Diva) en starlette du muet qui se transforme en blob, Diane Guerrero (Orange is the new black) en victime de multiples personnalités allant de la petite fille qui chouine à la nonne tueuse et Joivan Wade en Cyborg qui s’est dit qu’il valait mieux être le leader d’une bande de bras cassés que la dernière roue du carrosse d’un groupe de super-héros (spoiler c’était une très mauvaise idée).

Pourquoi c’est bien ?
Adapté d’un comics de DC, Doom Patrol c’est la famille difonctionnelle de super héros. Leurs pouvoirs sont pour chacun une malédiction plus qu’une bénédiction, leurs antagonistes ne sont pas mieux lotis et ils doivent empêcher l’apocalypse à répétition. Chaque personnage est profondément attachant et bien écrit et ils réussissent à vous faire venir les larmes et pas seulement de rire. J’ai pleuré pour Danny, une rue d’une ville, consciente, qui a décidé de protéger et servir de refuge aux personnes rejetées par la société en raison de leur différence.

Séries historiques et dramatiques :

The Great (Starzplay, Canal+ Séries)

2 saisons, 20 épisodes, une troisième saison est à venir.

De quoi ça parle ?
L’ascension d’une jeune et idéaliste demoiselle de 16 ans qui arrive en Russie pour un mariage arrangé avec l’imprévisible Empereur Pierre III. Rêvant d’amour et de douceur de vivre, Catherine II est confrontée dès lors à un monde dangereux, dépravé et barbare. Déterminée à changer les choses, il ne lui reste qu’à tuer son mari, contrer l’église, dérouter les militaires et rallier la Cour à sa cause.

C’est avec qui ?
Elle Fanning (Maléfique) incarne une formidable Catherine face à laquelle Nicholas Hoult (X-men First class) en Pierre son mari qu’elle compte bien détrôner pour régner seule et qui pousse des KHOUZAAAH ! à longueur de journée pour exprimer sa joie.

Pourquoi c’est bien ?
Les dialogues sont une succession de punchlines et savoureux. Les rebondissements sont rocambolesques dans les affrontements qui prennent de plus en plus d’ampleur entre les deux époux impériaux. La série est servie par de très beaux costumes et décors et une production ambitieuse.
Elle revendique prendre des libertés avec l’histoire puisque sous-titrée en saison 1 « The Great : occasionnellement tirée de faits réels. » puis en saison 2 « The Great : une histoire presque entièrement fausse.». Ce sont de très bons résumés, la série est avant un divertissement enrobé d’Histoire.

Hanna (Amazon Prime Vidéo)

3 saisons, 22 épisodes, série terminée.

De quoi ça parle ?
Hanna a passé toute sa jeunesse à s’entraîner pour combattre ceux qui la traque, elle et son père mercenaire, Erik Heller, dans les bois isolés d’Europe de l’Est. Ses capacités de survie sont mises à l’épreuve lorsqu’elle et Erik sont séparés après avoir été repérés par une espionne de la CIA, Marissa Wiegler, entourée de ses agents. Hanna n’a pas d’autre choix que d’entreprendre seule un périlleux voyage à travers l’Europe alors qu’elle cherche à retrouver son père et à échapper – ainsi qu’à faire tomber – les menaces qui les visent. L’éducation isolée de Hanna lui offre des capacités physiques et émotionnelles particulièrement intimidantes alors qu’elle est forcée d’affronter une conspiration de plus en plus profonde – une conspiration qui pourrait les mener, son père et elle, à leur perte.

C’est avec qui ?
Hanna est incarnée par la jeune Esme Creed-Milles dont c’est le premier grand rôle. On retrouve aussi dans la série Joel Kinnaman (The Killing).

Pourquoi c’est bien ?
La série est tirée du film du même nom de 2011. Elle oscille entre série d’action et d’espionnage et on sent des inspirations à la Black Widow et Alias. On débute dans une série survivaliste et on évolue vers une ambiance plus urbaine au fur et à mesure qu’Hanna grandit et découvre les secrets qui l’entourent. La série s’améliore considérablement tout de son long au fur et à mesure que l’histoire prend de l’ampleur et offre une conclusion à la mesure du voyage de la jeune Hanna.

Séries humoristiques et atypiques :

The White Lotus (OCS)

1 saison 6 épisodes, saison 2 à venir

De quoi ça parle ?
Dans une station balnéaire au paysage de carte postale, des clients profitent de leurs vacances dans un cadre idyllique, pris en charge par un personnel des plus agréables et serviables. Très vite, il devient clair que le bonheur apparent et les sourires de façade sont trompeurs.

C’est avec qui ?
C’est une série chorale. Il y a donc de nombreux acteurs mais en particulier Murrai Bartlett en directeur de l’hôtel et Jennifer Coolidge en cliente haute en couleurs (et qui devrait revenir en saison 2)

Pourquoi c’est bien ?
C’est la série estivale parfaite, tournée dans un cadre enchanteur. Nous suivons un ensemble de riches vacanciers dans ce resort dont les secrets vont être révélés tout le long des épisodes. Ils sont majoritairement horribles que ce soit par leur attitudes pour certains, leurs propos pour d’autres et plus généralement la condescendance dont ils font preuve à l’excès face au personnel de l’hôtel.
Aussi c’est avec une certaine jubilation que l’on voit le karma leur revenir dessus au fil des épisodes.

Inside N°9 (Arte TV)

7 saisons, 43 épisodes mais seules 2 saisons (les 5 et 6) sont sur Arte TV et plus pour très longtemps hélas

De quoi ça parle ?
C’est une série concept où chaque épisode raconte une histoire différente dont le seule point commun est que cela va se passer au numéro 9 (soit l’appartement N°9, la maison au N°9, le wagon N°9, etc…) Les épisodes abordent tous les genres de la comédie à l’horreur en passant par le policier la satyre, etc…

C’est avec qui ?
Reece Shearsmith et Steve Pemberton  sont un duo connu outre-manche. Ce sont les créateurs de la série et ils jouent dans chaque épisode mais pas nécessairement les rôles principaux.  Ils étaient déjà à l’origine d’une série très étrange appelée Psychoville.

Pourquoi c’est bien ?
Les épisodes sont inégaux mais ils tentent des expériences constamment et de nouvelles approches pour raconter leurs histoires. Ils contrebalancent par l’inventivité les budgets limités. Il y a systématiquement un twist de scénario qui vous attendra dans chaque épisode et vous pouvez picorer celui que vous voulez puisque les histoires ne se suivent pas. Certains épisodes m’ont intrigué, d’autres terrifié ou fait rire.

Voici deux épisodes disponibles sur la chaine youtube d’Arte qui vaudront mieux que des explications.

Séries romantiques et d’animation :

Schmigadoon ! (AppleTV +)

1 saison, 6 épisodes, une seconde saison est à venir.

De quoi ça parle ?
Melissa et Josh, un couple en crise, retrouvent dans un périple en sac à dos censé donner un nouveau souffle à leur relation. Ils découvrent une ville magique dont tous les habitants vivent dans les studios d’une comédie musicale des années 40. Pour quitter cet endroit, les deux personnages devront trouver le « véritable amour ».

C’est avec qui ?
Cecily Strong et Keegan-Michael Key jouent les rôles principaux. Le casting a de très nombreux acteurs tels qu’Alan Cumming, Kristin Chenoweth, Aaron Tveit, Dove Cameron, Jana Krakowski et Ariana DeBose.

Pourquoi c’est bien ?
C’est Paul Cinco qui est à la création de la série et on lui doit les Moi, Moche et Méchant et Minions. Le ton est trèèèès décalé. Avec beaucoup d’hommages à des classiques de la comédie musicale mais la série peut se regarder sans avoir les références. Les numéros sont bien réalisés avec de nombreux acteurs issus de Broadway dans les chœurs et parmi les habitants de Schmigadoon. Tout est faux et est voulu pour l’être mais la série trouve son ton et le jeune couple en crise va bouleverser l’univers propret de cette petite ville, révéler les secrets cachés et changer la vie des habitants à jamais. Beaucoup de l’humour de la série vient du fait que le couple a parfaitement conscience que ce n’est pas normal que tout à coup tout le monde se mette à chanter à tue-tête. (Parce qu’une fois pour toute non ce n’est pas normal, ni que de toutes les portes déboulent des dizaines de danseurs dès que l’on veut exprimer un état d’âme.)

Un petit cours de danse et chant par Ariana Debose oscarisée pour West Side Story.

Souvenirs de Gravity Falls (Disney +)

2 saisons, 41 épisodes, série terminée.

De quoi ça parle ?
Les aventures de jumeaux, un frère et une sœur, Dipper et Marbel Pines, dont les plans estivaux sont ruinés lorsque leurs parents décident de les envoyer chez leur grand oncle Stan à Gravity Falls, dans l’Oregon. Celui-ci tient un musée, le plus bizarre qui soit, un attrape-touristes. Rapidement, ils se rendent comptent que quelque chose ne tourne pas rond dans cette ville, mais quoi ?

Pourquoi c’est bien ?
Gravity Falls c’est Disney à son meilleur. Ils laissent toute créativité à un auteur de raconter une histoire jusqu’à son bout. La série est infusée de références années 80/90 dans son look. L’histoire est contemporaine et associe des jumeaux Mabel, explosion de bonne humeur et positivité et des fois trop d’enthousiasme et Dipper, angoissé, un peu nerd et ne les oppose pas. Au contraire chacun veille sur l’autre tout en restant des frères et sœurs et se faisant des crasses. Les personnages gravitant autour d’eux sont hauts en couleurs, en particulier leur oncle Stan, arnaqueur de première profondément attachant. La série est pleine de références pour les adultes qui n’excluent pas les enfants. La saison 2 voit le scénario prend toute sa mesure jusqu’à mener à une conclusion spectaculaire tout en gardant la relation entre les jumeaux centrale alors qu’ils s’apprêtent à balancer dans l’adolescence.

Un petit court métrage qui donnera une idée du ton de la série.

Bon visionnage à toutes et à tous et rendez-vous au prochain long week-end… ^^

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Charmed : le Reboot

Charmed : le Reboot

The Handmaid’s Tale

The Handmaid’s Tale

Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de Pouvoir

Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de Pouvoir

She-Hulk Avocate une série Disney+

She-Hulk Avocate une série Disney+

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).