Avatar la voie de l’eau réalisé par James Cameron

Avatar la voie de l’eau réalisé par James Cameron

Se déroulant plus d’une décennie après les événements relatés dans le premier film, Avatar la Voie de l’Eau raconte l’histoire des membres de la famille Sully (Jake, Neytiri et leurs enfants), les épreuves auxquelles ils sont confrontés, les chemins qu’ils doivent emprunter pour se protéger les uns les autres, les batailles qu’ils doivent mener pour rester en vie et les tragédies qu’ils endurent.

En 2009 Avatar premier du nom outre s’être accaparé le nom d’une fabuleuse série d’animation avait été un raz de marée. Plus de 10 ans plus tard James Cameron sort le second volet de ce qui va devenir une saga annoncée pour le moment de 5 volets.

Le casting voit revenir Sam Worthington et Zoé Saldana mais aussi Sigourney Weaver et Stephen Lang alors que leurs personnages respectifs étaient morts dans le premier volet. Le casting s’enrichit aussi entre autres de Kate Winslet.

Une nouvelle Prouesse technique.

James Cameron est un technicien hors pair et ses films ont souvent été des jalons techniques repoussant les technologies et ouvrant la voie. Abyss et son visage en morphing de l’eau ou le T1000 traversant les barreaux d’une prison en sont deux exemples. C’est parce que ces prouesses-là se sont produites que les studios d’effets spéciaux ont créé les outils permettant aux réalisateurs d’utiliser de manière de plus en plus élaborée les effets spéciaux. 
Le premier avatar avait déjà été très ambitieux et poussé la technologie très loin, lançant une mode du film 3D assez discutable.
Ce second volet va encore plus loin. Lors de la ressortie en septembre dernier du premier volet avec un portage utilisant en partie la technologie du second je n’avais pas été très convaincu. Force est de constater que ce second volet pensé en utilisant cette technologie qui double le nombre d’images par seconde que l’œil perçoit comparé à un film normal se prête à l’univers de Pandora.
L’effet donne des impressions de ralentissements dans certaines scènes d’action sur terre mais est tout bonnement fantastique sous l’eau où ce second volet dévoile toute sa beauté visuelle.

Une histoire plutôt linéaire et répétitive.

Le scenario et l’écriture des personnages était pour moi la plus grande faiblesse du premier volet.
Ce second volet bénéficie d’un scénario très simple au final et qui durant 3 heures va nous resservir 3 fois le même ressort scénaristique, ce que je trouve un peu fainéant.
Mais le reste de l’histoire est l’occasion de nous plonger littéralement dans la culture des Na’vis de l’océan et leur rapport à leur environnement. C’est absolument passionnant et certaines interrogations laissées en suspend seront sans doute développées dans la suite.
Le dernier acte du film est plutôt réussi et étonnamment intimiste comparé à l’envergure qu’avait le premier volet.
Mais bon James Cameron n’a jamais été un foudre de guerre en tant que scénariste et ce nouveau volet ne sera pas une surprise en terme d’histoire.
Mon vrai bémol que je ne comprends absolument pas est pourquoi tous les Na’vis parlent constamment anglais alors qu’ils ont leur propre langue ?Je peux l’admettre pour les membres de sa tribu mais pourquoi visiblement partout sur Pandora tout le monde se met à parler anglais demeure un mystère pour moi.

Une flopée de nouveaux personnages.


On est noyé de nouveaux personnages entre les nouveaux antagonistes, la famille complète de Neytiri et Sully et tous les membres des Na’vis de l’océan.
Parmi les enfants outre deux fils en contraste classique aîné-fils-parfait, cadet-rebelle et une petite sœur là pour être sauvée. On peut retenir en particulier la jeune Kiri (aucun rapport avec le fromage) touchante et intéressante jeune Na’vi qui semble avoir des secrets à révéler pour plus tard, Un humain adolescent, Spider, traîne parmi eux et pour le coup ses motivations sont confuses et ses réactions m’ont laissé circonspect.
L’ensemble de cette troupe d’adolescents/jeunes adulte donne une impression de temporalité confuse. Le film est censé se passer 10 ans dans le futur et l’ainé semble avoir 18/19 ans. Les proportions entre les na’vis (hauts de 3ms adultes) et Spider sont à géométrie variable mais bon disons que ce sont des détails.
Neytiri est pour moi le personnage qui souffre le plus dans cette suite. Si elle semble avoir repris un peu de personnalité comparé au premier film où elle passait de femme forte à meuf du gars qui a le plus gros dragon du coin et a perdu toute personnalité dans la dernière partie du film. Mais il ne cesse de la faire vagir de chagrin constamment et systématiquement sully vient lui expliquer ce qu’elle doit faire pour faire avancer le scénario, c’est un peu énervant à force ce manspreading. Elle demeure un personnage d’action mais finalement hormis veiller sur sa famille n’a pas de trame dans l’histoire, aucune progression de son personnage et est cantonnée à rester à la maison pendant que toute la famille vit sa vie et par contre reste bien prompte à obéir à son mari. C’est un peu léger pour un personnage féminin en 2022.

Avatar la voie de l’eau est un long second volet d’une saga qui semble ambitieuse. Il passe après un film qui a fait un carton au box-office et qui même s’il n’a pas convaincu tout le monde (dont votre serviteur) est indéniablement un élément majeur de l’histoire du cinéma. C’est un lourd fardeau à porter mais ce second volet ne fait pas de copié collé et approfondit l’univers de Pandora. J’ai trouvé le film très beau visuellement avec des pistes plus profondes que j’aimerais voir creusées pour la suite.

Genre : Science fiction – Durée : 3h12 – Date de sortie : 14 décembre 2022 -Distribution : Walt Disney Company France

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Belle et Sébastien : nouvelle génération réalisé par Pierre Coré

Le Nid du Tigre, un magnifique film indo-italien

The Northman réalisé par Robert Eggers

The Northman réalisé par Robert Eggers

King réalisé par David Moreau

King réalisé par David Moreau

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).