LU, un siècle d’innovation (1846-1957) au château des Ducs de Bretagne – Musée d’Histoire de Nantes

LU, un siècle d’innovation (1846-1957) au château des Ducs de Bretagne – Musée d’Histoire de Nantes

L’exposition LU, un siècle d’innovation (1846-1957) sur l’histoire de l’entreprise Lefèvre-Utile (LU) s’attache à mettre en valeur l’avant-gardisme de l’un des fleurons de l’industrie Nantaise, devenue internationale et révelera au public que le château possède la plus grande collection d’objets originaux de la marque.

Le musée d’histoire possède une collection remarquable de plus de 1 500 objets et de nombreux originaux sur l’histoire de l’entreprise LefèvreUtile (LU), constituée par les dons successifs de la famille elle-même. De nouveaux objets, acquis lors de la vente aux enchères d’une collection particulière en 2018 à Paris, sont également exposés au château pour la première fois.

L’exhibition s’attache à montrer combien la créativité et l’innovation ont caractérisé cette marque, de sa fondation en 1846 jusqu’en 1957, année de la création du fameux logo LU par le designer Raymond Loewy. Le dessin des biscuits, leur emballage – à la naissance du packaging – et leur diffusion, sans omettre la publicité, qui a fait appel aux plus grands artistes de l’époque, dont Alfons Mucha et Firmin Bouisset : tous ces thèmes sont illustrés par des objets, des dessins et des peintures, pour la plupart inconnus du public.

Tout le monde connaît le Petit-Beurre ou a déjà dévoré un Petit Écolier, biscuits phares de la marque LU. Celle-ci a pour origine l’ambition d’une famille, dont l’affaire, créée à Nantes, s’est transformée au fil des années en une multinationale internationale. Pourquoi la marque LU existe-t-elle encore, quand ce n’est pas le cas de ses concurrents de l’époque, comme Pernot et Olibet ? En quoi LU se différenciait-elle des autres entreprises nantaises dans les années 1900-1950 ? Quelles étaient ses spécificités ?

C’est en 1846 que Jean-Romain Lefèvre s’installe à Nantes et commence son métier de pâtissier-pain d’épicier. En 1850, il épouse Pauline-Isabelle Utile. Les deux noms de famille s’allient pour donner le jour à Lefèvre-Utile, et la saga familiale commence. Dans les années 1860, l’emballage se personnalise avec l’allégorie « À la renommée ». En 1883, lorsqu’il reprend la pâtisserie familiale, Louis Lefèvre-Utile a tout juste 25 ans. Fort de son adage « Pour susciter la gourmandise, rien de tel que de séduire l’œil », il développe très tôt la promotion de la marque et s’associe aux plus grands artistes de l’époque. Avec le passage de l’atelier à l’usine, de la vente directe à la vente indirecte, la marque devient un enjeu commercial déterminant. Elle suscite la confiance, informe le consommateur au sujet du produit et procure la garantie d’un standard continu de qualité.

Aux côtés des cartels de certains objets, des textes complémentaires permettent d’aborder la division sexuée du travail et son évolution, ou encore l’utilisation de l’image féminine dans la publicité : l’occasion d’aborder en pointillés une histoire de femmes à travers l’épopée LU.

Château des Ducs de Bretagne à Nantes : 4, place Marc Elder 44000 Nantes – www.chateaunantes.fr – Ouverture de 10h à 18h, fermé le lundi – Du 27 juin 2020 au au 03 janvier 2021 : de 10h à 19h, 7 jours/7 – Dernier accès billetterie 30 minutes avant la fermeture – Entrée au musée et aux expositions temporaires Tarif plein : 8 € – Tarif réduit : 5 € (18-25 ans – enseignants – détenteurs de cartes partenaires – détenteurs de la carte famille nombreuse – une heure avant la fermeture – Gratuit : moins de 18 ans – demandeurs d’emploi – bénéficiaires du RSA – personnes handicapées et leur accompagnant – allocataires minimum vieillesse ou ASPA – anciens résistants, anciens combattants et grands invalides de guerre – détenteurs Carte Blanche, du Pass Château, du Pass Nantes et du Pass inter-musées – détenteurs de la carte agents loisirs, FDOTSI et ICOM – personnel du Ministère de la Culture et des Musées de France – journalistes.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

La Galerie Tolkien à La Cité Internationale de la tapisserie à Aubusson

La Galerie Tolkien à La Cité Internationale de la tapisserie à Aubusson

Mille et Un Orients – Girault de Prangey au Musée d’Art et d’Histoire de Langres

Mille et Un Orients – Girault de Prangey au Musée d’Art et d’Histoire de Langres

Peintures des Lointains. Voyages de Jeanne Thil au Musée des beaux-arts de Calais

Peintures des Lointains. Voyages de Jeanne Thil au Musée des beaux-arts de Calais

Les Contes Étranges de N. H. Jacobsen au Musée Bourdelle à Paris

Les Contes Étranges de N. H. Jacobsen au Musée Bourdelle à Paris

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).