Le Château de Breteuil à Choisel (Yvelines)

Le château de Breteuil est un château situé à Choisel, dans la vallée de Chevreuse, à 35 km au sud de Paris. Il est bordé de fossés, entouré de jardins à la française et d’un jardin à l’anglaise, où se trouve une orangerie et un colombier, et présente une architecture du 17e siècle. Le parc, classé ‘jardin remarquable’ s’étend sur 75 hectares et comprend la promenade des arbres remarquables, plusieurs jardins, un labyrinthe de buis et des aires de jeux et de pique-nique.

C’est en 1712 que le château entre en possession de la famille de Breteuil avec Charles Le Tonnelier de Breteuil qui hérite du dernier des Renouard et désormais le domaine sera transmis de père en fils jusqu’à l’époque actuelle. À partir de 1967, le château est restauré par Henri-François, marquis de Breteuil et actuel propriétaire du château, et la marquise, son épouse née Séverine Decazes de Glücksberg. Il devient alors ouvert à la visite du public.

L’intérieur du château et le parc sont inscrits au titre des monuments historiques depuis octobre 1961 et les façades et toitures de l’ensemble du château ainsi que les douves, le colombier, le jardin à la française et le parc à l’anglaise sont classés également depuis juillet 1973. Les collections du château comprennent des tableaux royaux et un mobilier du 18e siècle. On peut découvrir à travers les nombreux portraits que la famille de Breteuil a fait partie intégrante de l’histoire française et on retrouve cinquante personnages de cire réalisés par le Musée Grévin mis en scène dans les salons. La visite permet ainsi d’observer le quotidien des châtelains avec la visite des chambres, du fumoir, de la salle de bain, des cuisines ou encore des écuries avec une collection d’attelages.

Outre les scènes historiques reconstituées, plusieurs scènes de personnages et d’automates ont été créées sur le thème des contes de Perrault par le musée Grévin et par Janie et Armand Langlois. On peut retrouver ces scènes à la fois dans le château ou dans les dépendances et jardins alentours.

Ces contes ont une valeur universelle et font partie de notre patrimoine culturel. On peut ainsi retrouver au gré de nos balades le Petit Poucet et ses frères dans le fruitier, Peau d’Âne dans sa magnifique robe couleur de soleil dans le lavoir ou Cendrillon dansant avec son prince charmant au cœur du labyrinthe. On peut également admirer le Chat Botté dans les écuries (avec une scénographie son et lumière), le Petit Chaperon Rouge au chevet de son étrange Mère-grand ou la Belle au Bois Dormant endormie dans la chambre et entourée de ses valets. Le château a ajouté depuis peu une nouvelle scénographie de Cendrillon, dans les petites écuries, à nouveau en son et lumière pour le plus grand plaisir des visiteurs. Mais faites attention, vous pourriez tomber nez à nez avec le terrible Barbe Bleu dans le salon de chasse ! Je vous aurais prévenu…

Ces scènes de contes ne sont pas là par hasard. Avant d’être un conteur reconnu, Charles Perrault était un homme d’Etat important puisqu’il s’occupait des finances du roi Louis XIV. De 1654 à 1664, il détint la fonction de ce qui correspondrait de nos jours au ministre des finances. C’est au cours de sa carrière qu’il rencontra le ministre Louis de Breteuil qui occupe la charge de Contrôleur général des finances de 1657 à 1665. Depuis, c’est l’étroite collaboration de ces deux hommes qui est célébrée à Breteuil.

Ouvert au public tous les jours, le château de Breteuil vous accueille pour les visites mais propose également des séances de contes toute l’année. Les conteuses racontent aux familles les histoires de Charles Perrault les dimanches, jours fériés et tous les jours pendant les vacances scolaires de la région parisienne. En fonction de la météo et de la saison, elles sont costumées et les histoires sont racontées devant les scènes ou à l’intérieur dans une salle.

Pour ma part, j’ai eu la chance d’assister à une conférence sur Charles Perrault et les Frères Grimm, rondement menée par I’reine et Nathali’A, conteuses phare du château mais aussi créatrices de l’association Les Amis de Charles Perrault.

On a pu ressentir lors de cette conférence toute leur passion pour l’homme qu’était Charles Perrault et l’attachement particulier qu’elles ont pour ses contes. Elles ont continué à partager leur amour pour Perrault avec les visiteurs en contant Peau d’Âne dans l’orangerie. Cette séance avait une petite particularité puisqu’un parallèle, tout en humour, était fait entre les versions de Perrault et des frères Grimm. Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’on a été transporté dans l’histoire de Peau d’Âne, petits et grands écoutaient avec attention et riaient à chaque malice des conteuses. Le public a participé de bon cœur, notamment une petite fille choisie au hasard par les conteuses pour jouer Peau d’Ane. Je tiens à saluer le travail incroyable qu’a effectué Pascale Breyne, leur costumière, qui a réalisé leurs magnifiques robes.

Le château de Breteuil est un passage obligé pour les amoureux de l’histoire et de la culture. Ces deux pans de notre patrimoine s’harmonisent à merveille dans ce lieu féérique et chargé d’Histoire.

Pour plus d’informations, vous pouvez retrouver les tarifs et les horaires sur le site du château.

Vous pouvez également regarder ces deux petites vidéos qui vous montreront un aperçu de Breteuil.

Pour terminer, je conseille également la petite crêperie située sur l’aire de pique nique. Les crêpes sont faites sur place et sont délicieuses qu’elles soient sucrées ou salées !

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Vaux-Le-Vicomte en Lumières : Fêtes et Fastes

Vaux-Le-Vicomte en Lumières : Fêtes et Fastes

Le Château d’Angers

Le Château d’Angers

Le château de Bournazel en Aveyron

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).