Ovalie, vache égérie de l’édition 2023 du Salon International de l’Agriculture (Paris), du 25 février au 05 mars

#Ovalie, l’égérie de l’édition 2023

Une robe acajou sans tache, un museau rosé, des cornes fines et claires en forme de lyre ; voici Ovalie, vache de race Salers âgée de 5 ans, sélectionnée pour figurer sur l’affiche de l’édition 2023. 

Née en 2018 à Issoire sur l’exploitation de Marine et Michel VAN SIMMERTIER, Ovalie est issue de la première génération de vêlage de l’exploitation depuis l’installation de ses jeunes éleveurs reconvertis.

« Nous sommes d’autant plus fiers qu’Ovalie soit la vache égérie du Salon International de l’Agriculture 2023 qu’il s’agira de notre premier Salon, nous n’avons pas fait les choses à moitié !» ponctuent avec humour Marine et Michel.

Parfaite ambassadrice de la race Salers : rustique, robuste, docile et dotée d’une grande capacité d’adaptation, elle possède toutes les qualités intrinsèques pour représenter dignement la race au Salon. Ovalie tient son nom de la passion que vouent ses propriétaires au ballon ovale : un joli clin d’œil à la Coupe du Monde de Rugby 2023 qui aura lieu dans quelques mois.

Salers, la race du 21e siècle !

L’Auvergne, et plus précisément le Cantal, est le berceau d’origine de la Salers, une race qui a vu le jour à Salers, petit village du Cantal perché à 1000 m d’altitude qui lui a donné son nom. 

Elle représente aujourd’hui près de 220 000 vaches en France. Animal de traction et de production fromagère à l’origine, la Salers est une race rustique capable de produire lait et viande, c’est la race rustique la plus complète. Ses capacités d’adaptation, sa rentabilité économique, sa facilité de conduite et son autonomie, font de la Salers, une race parfaitement adaptée aux enjeux sociétaux actuels et à l’installation de nouveaux éleveurs.

Marine et Michel, un des nouveaux visages de l’agriculture.

Pour la première fois, c’est un couple d’éleveurs qui est mis à l’honneur. Marine et Michel VAN SIMMERTIER, respectivement 34 et 32 ans, éleveurs de Salers ont fait le pari du vivant il y a 5 ans. Pourtant, rien ne les y prédestinait, ni l’un ni l’autre n’étant issu du milieu agricole. Elle originaire d’Alsace, lui de Seine-et-Marne, sont tombés amoureux de la Salers et du territoire, avant même du métier d’agriculteur. Ils ont donc choisi de se tourner vers des études agricoles pour un jour voir le rêve se réaliser : avoir leur propre exploitation et créer leur GAEC. Un schéma pas si singulier qui incarne aujourd’hui, à travers eux, le visage d’une nouvelle génération d’agriculteurs. « Avoir une vache égérie est une récompense pour le travail que nous avons accompli depuis notre installation. Nous sommes conscients de la formidable visibilité que cela représente pour notre exploitation. Nous espérons être à la hauteur de la mission qui nous est confiée, de faire la promotion de la race Salers, de notre territoire et de l’agriculture française en général» soulignent Marine et Michel.

« L’agriculture : le vivant au quotidien ! », la thématique 2023 

Aléas climatiques de plus en plus fréquents, crises sanitaires fluctuantes, retour soudain à des situations de guerre… nous vivons dans un monde en perpétuel mouvement qui prouve de plus en plus souvent que rien n’est jamais acquis. Alors que les citoyens consommateurs réalisent l’importance de l’indépendance alimentaire, de la traçabilité, du respect de la nature et reconnaissent le savoir-faire des agriculteurs, ceux-ci relèvent chaque jour le défi de travailler une matière vivante dans un contexte mouvant et donc de s’adapter. Formation et pratique du métier, animal et végétal, recherche pour de nouvelles agricultures ou pour un meilleur respect de l’environnement et de la nature, diversifications et nouvelles filières, le Salon International de l’Agriculture démontre comment l’agriculture est un secteur au cœur du vivant, à la fois initiateur et acteur. 

« Dans ce monde en transitions -énergétiques, écologiques, sociétales-, les agriculteurs sont les sentinelles du vivant. Ils ont à cœur de bien faire, de rester au contact du réel » rappelle Jean-Luc Poulain, Agriculteur, Président du Ceneca et du Salon International de l’Agriculture.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Le Salon International de l’Agriculture 2024 (Paris)

Salon International de l’Agriculture 2023

Les Flamboyantes 2022, festival médiéval et fantastique à Cusset dans l’Allier

Les Flamboyantes 2022, festival médiéval et fantastique à Cusset dans l’Allier

Bordeaux fête le vin

Bordeaux fête le vin

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).