Baby bleu de Marion Nail

Baby bleu de Marion Nail

Dépression post-partum : la vie en bleu. Bleu, c’est une femme. Bleu, c’est une mère. Bleu, c’est aussi la dépression qui vient s’insinuer sournoisement dans chaque pensée, chaque geste, chaque parole. Si Jaune en est la raison, elle n’en est cependant pas la cause.

Avec Baby Bleu, Marion Nail nous partage son désarroi, sa colère et ses angoisses, syndromes d’une dépression post-partum venue s’installer sans crier gare. Les réflexions intimes de Bleu, alter ego sphérique de l’autrice, alternent avec les échanges qu’elle entretient avec sa thérapeute qui, petit à petit, la mènent vers la voie de la reconstruction. Ce récit intime s’adresse aussi bien aux mères qu’aux pères qui peuvent, eux aussi, être touchés par la dépression post-partum.

L’autrice joue avec les couleurs et les cases pour exprimer au mieux l’essence de ses émotions. La bande dessinée se termine par l’intervention de la psychologue Émeline Brachet, à propos de la dépression post-partum et de sa prise en charge,afin de sensibiliser au mieux le lectorat.

J’ai beaucoup aimé le fait de décentraliser le débat en figurant les protagonistes de l’histoire par des  « ronds »  bleu ou jaune ou rose suivant le personnage (jaune est l’enfant et rose la thérapeute) qui implique qu’il n’y aura aucun jugement de valeur sur l’apparence ou le dessin de chacun. Cela donne même une certaine image, apaisante pour le rose, le jaune un peu bruyant, bougeant, et le bleu impassible, qui se laisse porter, ou au contraire bouillonne, comme de l’eau.

Mais ce n’est pas la seule innovation à la fois esthétique et narrative… chaque page tournée apporte une nouveauté pratiquement, c’est merveilleusement construit. L’envie de fuite est figurée par une petite voiture avec laquelle jouer, le fantasme de mort est figuré par un masque-crâne avec des oreilles de lapin pour faire moins peur…

Les choses comme les gens n’ont pas d’image corporelle, pas d’enveloppe qui pourraient donner une indication sémantique. Cela repose l’œil et l’esprit, on « ressent »plus ce qui est décrit. On comprend les hauts et les bas de Bleu et on les partage. C’est vraiment surprenant comme sensation, une BD de sentiment.

A découvrir donc pour les plus curieux, ce ne sera pas forcément adapté pour des enfants, pas compréhensible facilement en tout cas. On est loin de l’illustre album jeunesse Petit-Bleu et Petit-Jaune de Léo Lionni devenu un grand classique depuis sa parution en 1970, qui abordait l’amitié et la différence. Le thème est bien ici le Baby blues…


Éditeur : éditions Lapin – Collection : Causes en corps – Genre : BD, Récit de vie – Scénario et dessin : Nail Marion – Date de parution : 5 mai 2023 –  80 pages – Prix : 14€

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Le Dieu-Fauve de Fabien Vehlmann et Roger

Le Dieu-Fauve de Fabien Vehlmann et Roger

Petits dieux – Tome 1 : le dragon blanc par Mathieu Salvia et Krystel

Petits dieux – Tome 1 : le dragon blanc par Mathieu Salvia et Krystel

 Le SAV de la BD Tribioute-en-train de Jacq

 Le SAV de la BD Tribioute-en-train de Jacq

 Le partage des mondes de Olivier Grenson

 Le partage des mondes de Olivier Grenson

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).