Baby Box de Jung

Une asiatique aux cheveux rouges, ce n’est pas commu. J’avais besoin d’affirmer ma personnalité, mon identité. Ma mère m’a dit un jour qu’elle me révèlerait une chose importante. Et puis il y a eu cette boîte que je n’aurais jamais dû ouvrir…

Claire a 4 ans quand elle quitte la Corée du Sud pour venir vivre en France avec ses parents. Un petit frère, Julien, vient compléter la famille. Elle est jeune adulte et son frère a dix ans quand le drame se produit… Leurs parents ont un grave accident de voiture : leur mère décède et leur père tombe dans le coma. A la recherche de documents, Claire découvre une boîte cachée au fond d’un tiroir. À l’intérieur : des photos de sa mère, jeune, un petit bracelet de naissance ainsi qu’un dossier médical. Et c’est la stupeur : elle a été adoptée avant le départ de Corée.

À Séoul, les nouveau-nés peuvent être déposés, anonymement, dans une boîte encastrée dans un mur : la babybox. Et c’est ce qui lui est arrivé. Recueillie par le pasteur qui s’en occupe, elle a été adoptée, puis emmenée en France par ses nouveaux parents.
Claire part alors pour la Corée, avec son petit frère, sur les traces de ses origines.
Elle va faire la connaissance de Min-ki, qui, comme elle, a été déposé dans la baby box.

Je suis tombée sous le charme de ce magnifique album, avec un récit qui suit au plus près les émotions de Claire qui tente de se reconstruire. L’auteur, lui-même adopté, maitrise parfaitement ce que ressent la jeune femme et le retranscrit avec brio. Ses illustrations, un noir et blanc avec de superbes aplats gris, sont réhaussées de touches de rouge soutenu : les coquelicots, les cheveux de Claire, la jupe écossaise de Julien. L’album, pourtant très réaliste, dégage une poésie rare. Et l’objet est lui-même, comme tous ceux de la superbe collection Noctambule, absolument magnifique. A lire d’urgence !

Jung, de son vrai nom Jun Jung-sik, est un auteur de bandes dessinées, né à séoul en Corée du Sud en 1965. Adopté par une famille belge en 1991, il prend le nom de Jung Henin. En 2007, il se lance dans l’écriture de Couleur de peau : miel, une série de bandes dessinées autobiographiques. Et en 2009 il réalise un film du même nom avec Laurent Boileau.

Éditeur : Soleil – Collection : Noctambule – Scénario et Dessin : Yung – Date de publication : 17 octobre 2018 – 156 pages – Prix : 19,99 €

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Le Dieu-Fauve de Fabien Vehlmann et Roger

Le Dieu-Fauve de Fabien Vehlmann et Roger

Petits dieux – Tome 1 : le dragon blanc par Mathieu Salvia et Krystel

Petits dieux – Tome 1 : le dragon blanc par Mathieu Salvia et Krystel

 Le SAV de la BD Tribioute-en-train de Jacq

 Le SAV de la BD Tribioute-en-train de Jacq

 Le partage des mondes de Olivier Grenson

 Le partage des mondes de Olivier Grenson

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).