Courons sous la pluie de Stéphanie Demasse-Pottier et Cécile Becq

Un album libre et joyeux, qui donne envie de baguenauder sous la pluie !

Une histoire au texte réduit à l’essentiel pour raconter une fin de matinée, à la plage, quand soudain l’averse s’abat et qu’il faut rentrer en courant pour ne pas se faire tremper… Alors que c’est déjà trop tard, le mal est fait ! Autant en profiter pour prendre le plaisir de sauter à pieds joints dans les flaques d’eau, les cheveux mouillés, les habits dégoulinants et les bottes débordantes… Le déjeuner de famille préparé par Mamie n’en sera que mieux apprécié ! Un album comme une frise, quasi cinématographique, avec de superbes gouaches d’une illustratrice-peintre au geste voluptueux. Terre rouge et cactus Méditerranéens, on en prend plein les yeux – et ça sent bon la terre mouillée sous la pluie !

Crt album contient peu de texte et l’histoire est très simple mais servie par des illustrations aux couleurs riches et éclatantes. Le travail de Cécile Becq nous plonge au coeur de cette belle journée qui pourtant amène… la pluie. Un très bel album !

Éditeur : Sarbacane – 32 pages – Prix : 15,90 € – Dès 4 ans – Date de parution : 03 avril 2019.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Le château de Versailles dans la bande dessinée

Le château de Versailles dans la bande dessinée

Le Renard de Morlange de L’Hermenier et Moreau

Le Renard de Morlange de L’Hermenier et Moreau

L’alcazar de Simon Lamouret

L’alcazar de Simon Lamouret

La dernière rose de l’été de Lucas Harari

La dernière rose de l’été de Lucas Harari

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).