La neige était sale de Jean-Luc Fromental & Bernard Yslaire d’après Georges Simenon

La neige était sale de Jean-Luc Fromental & Bernard Yslaire d’après Georges Simenon

Frank est le fils de Lotte, tenancière de la maison close que fréquentent les forces d’occupation de cette ville moyenne d’Europe de l’Est jamais nommée, figée dans les pénuries, le froid et la sourde horreur des années de guerre. Il a 17 ans et les filles n’ont plus de secrets pour lui, puisqu’il a les pensionnaires de sa mère à disposition. Sans savoir ce qu’il cherche, Frank se laisse glisser sur la pente du banditisme, assassine, sans raison matérielle ni patriotique, un occupant particulièrement répugnant, vole et tue une vieille femme qu’il connaît depuis l’enfance, et plonge dans un avilissement que seule éclaire l’image idéalisée de Sissy, sa chaste voisine, éperdument amoureuse de lui. La déchéance volontaire peut-elle conduire à la rédemption ?
C’est la question lancinante que soulève La neige était sale, le grand roman existentialiste de Georges Simenon, adapté avec brio par Jean-Luc Fromental et Bernard Yslaire.

Franck nous est présenté comme un jeune homme vivant dans une maison close avec sa mère qui la dirige et les postituées qui travaillent pour des soldats d’une armée qui n’est pas nommée (mais un gros indice : Franck a une étoile jaune près du col de son manteau !). Tout est froid, il y a de la neige partout, et Franck a la beauté et la fougue de ses 17 ans. Il séduit et trafique pour exister, et se laisse entraîner dans un engrenage de violence qui est une spirale sans fin. Ce personnage est antipathique au possible et à aucun moment on a envie de le plaindre ou de lui donner des circonstances atténuantes car il est abject tout simplement ! Même dans sa rédemption l’auteur ne lui rend pas hommage, il est mauvais. Les illustrations sont vraiment superbes, le paysage de neige est calme et magnifique, les personnages très expressifs. Les couleurs sont froides elles aussi, dans les tons jaunes, gris, beige, sépia… et un peu de rouge pour la violence et le sang. C’est un BD d’ambiance, une sale ambiance, très noire, comme le dit le nom de la collection d’où est tirée le roman (« les romans durs » pour ne pas être confondu avec les « Maigret », plus softs). L’adaptation est une réussite pour moi car elle donne envie de se replonger dans les roman policiers de Simenon. J’espère qu’il y aura d’autres opus car ce duo d’auteurs fonctionne très bien. A suivre donc…

Éditeur : Dargaud – Collection : Simenon, les romans durs – Genre : Polar noir – Scénario : Fromental Jean-Luc d’après Simenon Georges – Dessin : Yslaire Bernard – Date de parution : 26 janvier 2024 – 104 pages – Prix : 23,50 €

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Le chantier par Fabien Grolleau et Clément C.Fabre

Le chantier par Fabien Grolleau et Clément C.Fabre

Peindre avec les lions par Fabien Grolleau et Anna Conzatti

Peindre avec les lions par Fabien Grolleau et Anna Conzatti

Des avions de papier par Jennie Wood et Dozerdraws

Des avions de papier par Jennie Wood et Dozerdraws

OKEN par Shih-hung Wu D’après l’univers de Yang Mu

OKEN par Shih-hung Wu D’après l’univers de Yang Mu

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).