Le partage des mondes de Olivier Grenson

 Le partage des mondes de Olivier Grenson

Septembre 1940. Les bombes de la Luftwaffe ont laissé deux trous béants dans la vie d’Isaac : celui qui lui tient désormais lieu de fenêtre sur un Londres dévasté. Et celui qui, chaque jour, attire un peu plus son coeur vers l’abîme car sa femme Eva, elle, y est restée. Mais les retrouvailles devront attendre : au beau milieu du tumulte des sirènes, Isaac rencontre Mary, une petite fille évacuée qui ne retrouve plus sa famille. Pour elle, il devra réapprendre à rêver, à raconter un monde en couleurs.

C’est une belle rencontre dans le chaos de la seconde guerre mondiale en Angleterre entre un veuf triste et une petite fille perdue. Mary et Isaac échappent au réel grâce à l’invention d’un conte sur l’écologie, « l’histoire d’un arbre qui arborait des couleurs magnifiques grâce aux oiseaux qui venaient s’y poser. »

Le partage des mondes croise le récit d’un conte pour enfant, trés coloré et plongeant dans un imaginaire luxuriant, avec la recherche très terr à terre et réaliste de la famille de Mary, errant au milieu des décombres. La description de celle que l’on a appelée « la grande guerre » pendant qu’un nouveau conflit en Ukraine émerge et que le conflit Israëlo-Palestinien fait rage est une gageure. Olivier Grenson a choisi de ne pas approfondir la thématique de la judéité et ce n’est pas plus mal. On reste à hauteur d’enfant, qui vit au jour le jour et évite de trop se poser de questions. Les illustrations sont très réalistes pour tout ce qui touche à la guerre, avec des couleurs grisâtres et oniriques pour tout ce qui concerne le conte, et plein de couleurs. Le mélange des deux est vraiment une bonne idée et donne la sensation d’un équilibre parfait, d’autant plus qu’on s’attache vraiment aux personnages… grâce à un récit particulièrement long (ce n’est pas une critique, bien au contraire!).

Extrait : « Ah, si l’humanité était une forêt et si l’homme se comportait comme un arbre, ça ne se passerait pas comme ça. Les arbres qui forment une forêt se tiennent tous ensemble, se renforcent et s’aident. Ils se parlent, échangent des informations, se protègent mutuellement. Avec les larves, les parasites, les champignons, ils régulent tout un écosystème. L’arbre a besoin de l’abeille pour fleurir et l’abeille a besoin du pollen pour le miel. Chacun possède un message personnel, un monde singulier qu’il partage. »

Éditeur : Le Lombard – Tous publics 12 ans et + – Genre : Roman graphique historique – Scénario et dessin : Grenson Olivier – Date de parution :  5 avril 2024 –  240 pages – Prix : 25,90€

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Les chronique d’Ona par Salva et Yohan Sacré

Les chronique d’Ona par Salva et Yohan Sacré

 Spiderlouze – Tome 1 : héros au bout du fil de Ced et Stivo

 Spiderlouze – Tome 1 : héros au bout du fil de Ced et Stivo

Plop ! de Sébastien Fleuret et Simon Vergnol

Plop ! de Sébastien Fleuret et Simon Vergnol

 Maud Lewis Toute en couleurs de Mathieu Siam et Emeline Grolleau

 Maud Lewis Toute en couleurs de Mathieu Siam et Emeline Grolleau

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).