Les espionnes racontent de Chloé Aeberhardt et Aurélie Pollet

Les espionnes racontent de Chloé Aeberhardt et Aurélie Pollet

Et si 007 était une femme ? L’enquête de Chloé Aeberhardt révèle le rôle majeur joué par les espionnes au sein des services de renseignement.

« Nous étions Q, dans James Bond. Et tellement plus. » Jonna. CIA, Washington

« Ils m’ont demandé de devenir quelqu’un d’autre, une Allemande du nom d’Ima Ackerman. » Ludmila. KGB, Moscou

« S’ils avaient découvert notre chargement, nous n’aurions pas eu d’autre choix que de les tuer. » Yola. Mossa, Tel Aviv

« Au début, j’ai espionné par amour. Mais après, par idéologie » Gabriele. Stasi, Munich

La journaliste Chloé Aeberhardt a mené 5 ans de recherches avant d’aboutir à ce qui a d’abord été un livre, puis une série sur Arte qui reprend les illustrations et le scénario sous forme de petites vignettes de 7 minutes par épisode de ce roman graphique.

Elle raconte ses rencontres avec 6 femmes dont elle dresse le portrait. Ces espionnes appartenaient au Mossad, à la DIA, au contre-espionnage français, au KGB, à la STASI… que ce soit dans les bureaux ou sur le terrain. Chaque « épisode » raconte un moment fort, un dossier ou une opération où la narratrice avait un rôle de première ligne. Les décors sont faits d’après photos, mais les personnages sont « plus stylisées » car certaines espionnes voulaient garder leur anonymat. Enfin, chaque personnage a sa propre gamme de couleur pour les singulariser les unes des autres. On sent dans ce récit que l’auteure s’est attachée à chacune de ces espionnes et c’est assez communicatif. Il y a beaucoup d’explication du contexte de chaque épisode, mais c’est nécessaire pour bien tout comprendre. Il me semble d’ailleurs que la série animée d’Arte simplifie grandement ces informations, ce n’est pas le même média ça s’entend.

En tout cas, c’est une somme d’informations sur ce qu’est « une espionne » et ça a le mérite d’exister car, si ce milieu a si peu d’adeptes, c’est peut-être aussi parce qu’il est si méconnu auprès de la gente féminine ! Et cette BD contribuera à faire connaître et susciter des vocations auprès des nouvelles générations, c’est tout le mal qu’on peut lui souhaiter…

Éditeur : Steinkis – Collection : Arte éditions – Genre : Roman graphique – Scénario : Aeberhardt Chloé – Dessin : Pollet Aurélie – Date de parution : 28 janvier 2021 – 176 pages – Prix : 20 €.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Louise et Ballerine – Tome 1 : Rat des villes, rat des champs de Naima Zimmermann

Louise et Ballerine – Tome 1 : Rat des villes, rat des champs de Naima Zimmermann

Le goût de la nectarine de Lee Lai

Le goût de la nectarine de Lee Lai

Avec Mona par Didier Lévy et Alice Méteigner

Avec Mona par Didier Lévy et Alice Méteigner

Et pendant ce temps-là au Japon… de Taï-Marc Le Tranh et Arnaud Boutin

Et pendant ce temps-là au Japon… de Taï-Marc Le Tranh et Arnaud Boutin

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).