Les Gardiens de la Galaxie – Volume 3 réalisé par James Gunn

Les Gardiens de la Galaxie – Volume 3 réalisé par James Gunn

Première diffusion télévisée : lundi 19 février 2024 à 21h sur Canal + Box-Office.
Alors qu’elle s’apprêtait à s’installer à Knowhere, notre bande de marginaux préférée voit son destin bouleversé par les échos du sombre passé de Rocket. Décidé à sauver la vie de son coéquipier, Peter Quill, encore sous le choc de la perte de Gamora, rassemble à nouveau son escouade autour de lui pour une mission dangereuse. Une mission qui, si elle n’est pas menée à bien, pourrait bien conduire à la fin des Gardiens tels que nous les connaissons.

Sorti en 2014 le premier volet des Gardiens de la Galaxie avait fait figure de très bonne surprise en présentant une équipe de héros atypiques loin des super stars que pouvaient être les Avengers. Ils étaient des seconds couteaux du catalogue Marvel en comics et James Gunn leur a offert le devant de la scène.

Ce troisième volet apporte le point final à la trilogie voulue par le réalisateur et scénariste et à cette occasion James Gunn, Chris Pratt (Peter Quill) Zoé Saldana (Gamora) Karen gillan (Nebula), Pom Klemenkieff (Mantis) et Vin Diesel ( Groot) étaient présents à Paris pour échanger avec la presse. Je vous en reparle plus loin dans l’article.

L’histoire se passe quelques temps après les évènements de avengers Infinity War et Endgame qui ont vu la disparition de Thanos père adoptif malsain de Nebula et Gamora  et la mort de cette dernière avant son retour sous la forme d’une Gamora issue d’une réalité parallèle, sauvée par Nebula mais qui n’a aucun affect pour les Gardiens et en particulier Peter Quill.

Nous retrouvons donc une équipe brisée avec Gamora ayant abandonné la famille des Gardiens. Peter est en profonde dépression d’avoir perdu celle qu’il aimait mais a découvert (dans le christmas special des Gardiens de Noël dernier) que Mantis est sa demi-sœur. Drax, Rocket, Groot et Nebula sont installés à Knowhere où ils veillent sur la population. Kraglin ancien second de Yondu, père adoptif de Peter Quill, est toujours dans les parages et l’équipe s’est enrichie de Cosmo, une chienne en tenue de spationaute parlant avec un fort accent russe et douée de pouvoirs télékinésiques (Toute référence à Laïka la chienne envoyée dans la stratosphère par les russes serait un pur hasard bien sûr).

Ce nouveau film introduit un nouvel antagoniste qui avait été teasé dans le second volet, Adam Warlock (Will Poulter). Il est l’instrument de vengeance de ceux que les Gardiens avaient arnaqué durant le second volet de leurs aventures.
Mais le véritable cœur du film est l’occasion de découvrir le passé de Rocket Racoon et d’expliquer comme un raton laveur a bien pu devenir un génie mécanique sarcastique et râleur. On va donc nous présenter le Maître de l’Evolution (Chukwudi Iwuji) que l’on ne peut pas qualifier comme sympathique créateur de Rocket.
Ce sera au cinéma que vous en découvrirez plus.

Ce troisième volet explore la famille des Gardiens qui sont tous des personnages ayant vécus des drames terribles mais qui ont constitué une famille de cœur. Ça s’engueule, ça râle, ça se vanne mais une affection profonde les lie. Nous allons à la fois évoquer le passé tragique de Rocket qui était une pièce manquante importante à l’histoire mais aussi les conséquences des évènements passés que ce soit par les ennemis qu’ils se sont faits mais aussi le bouleversement que représente pour chacun la perte de Gamora et en même temps l’existence de cette autre Gamora qui n’est pas la leur mais reste dans leurs parages.

C’est une fin de trilogie et l’histoire nous amènera une conclusion pour chaque personnage qui n’est peut être pas toujours celle que l’on voudrait dans un happy end mais qui est celle nécessaire pour chaque personnage. Le ton du film est sombre, des fois désespéré et tragique mais les personnages apportent des touches de légèreté par les dialogues.
Ce décalage existant depuis le début est un choix de ton efficace voulu par James Gunn.

Enfin l’une des forces de cette saga galactique est sa bande originale composée de hits au service de l’histoire et qui résonne chez chaque personnage. Le premier volet avait une compilation 70’s et le second volet 80’s. Nous sommes donc dans les années 90 à présent avec des choix à la fois populaires et pointus (Radiohead, Earth wind and fire, Alice Cooper, …). J’ai été particulièrement enchanté par deux des dernières chansons du film parmi mes préférées, une formidable surprise.

Les gardiens de la Galaxy volume 3 a la lourde tâche d’apporter une conclusion à une équipe atypique. J’ai aimé cette conclusion mais elle ne satisfera peut-être pas tout le monde car certains n’y voudraient peut-être que de la vanne à la seconde ou alors que du dramatique et cette trilogie de James Gunn elle est à la fois tout ça et autre chose, une vraie vision d’auteur.
Cette humanité venant de créatures si disparates et donc la vie a été nourrie de drames les rend attachants. Ils sont fracassés par la vie et pourtant plein d’amour et d’affection les uns pour les autres, débordant d’empathie pour les laissés-pour-compte.

Il est temps de leur dire adieu et de leur souhaiter un bon vol dans les étoiles.

Genre :  space opéra, comédie, super héros  – Nationalité : américaine – Durée : 2h30 – Date de sortie : 3 mai 2023 – Distributeur : Walt Disney Company France

La conférence de presse a eu lieu dans un palace parisien au lendemain de l’avant-première européenne du film.

James Gunn a évoqué que c’était un voyage de 11 ans qui s’achevait pour lui avec les Gardiens et qu’à ses yeux la trilogie a comme pivot central Rocket. Il a d’ailleurs rendu hommage au talent de Bradley Cooper qui fait la voix de Rocket mais aussi à Sean Gunn, son frère, qui lors du tournage incarnait le raton laveur avec les acteurs en plus de son personnage de Kraglin. On a pu sentir tant dans les propos de James Gunn que les acteurs l’affection que chacun se porte. Il a aussi évoqué avec beaucoup de lucidité son avis sur l’évolution des films de super-héros affirmant que pour lui ce n’est pas un problème de genre, en prenant l’exemple du western qui fut très à la mode, qui détermine le succès d’un film et encore plus sa qualité mais son écriture et que c’est celle-ci qui déterminera dans le temps la pérennité et l’universalité du film.

Chris Pratt a d’ailleurs évoqué son plaisir de travailler avec James Gunn évoquant son talent, sa vision de réalisateur et son écriture en tant que scénariste mais s’offrant l’occasion de conclure par un constat « Dommage qu’il soit une tête de nœud » (c’est la version polie) résumant assez bien le ton de la conférence entre touchantes déclarations et petites vannes.

Zoé Saldana a évoqué son plaisir de jouer une nouvelle Gamora avec de nombreuses nuances qui sait qu’elle n’a aucuns liens avec les Gardiens dans sa tête mais sent dans son cœur qu’ils sont liés et la famille qu’ils forment. Elle a aussi évoqué combien son passé de danseuse lui a été utile pour les scènes d’action de son personnage.

Karen Gillan a évoqué avec joie d’avoir vu son personnage de Nebula passé de méchante à membre des Gardiens. Elle a apprécié la voir évoluer s’ouvrant aux autres, faisant preuve d’humour et beaucoup de second degré. James Gunn a évoqué que c’est l’humour de Karen qui a déteint sur son écriture du personnage de Nebula.

Pom Klemenkieff a insisté sur le travail d’écriture de James Gunn qui instille du l’humour jamais au détriment de l’émotion et toujours au service de l’histoire.

Enfin Vin Diesel qui double Groot après le tournage a parlé du travail de direction d’acteur du réalisateur. Evoquant le fait que son personnage ne prononce jamais que 3 mots il a apprécié que systématiquement dans son script chacun de ses 3 mots avaient un sens et une intention que le réalisateur lui transmettait pour les prononcer.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

The Marvels réalisé par Nia DaCosta

The Marvels réalisé par Nia DaCosta

Seul sur Mars  réalisé par Ridley Scott

Seul sur Mars réalisé par Ridley Scott

Divergente réalisé par Neil Burger

Divergente réalisé par Neil Burger

Avatar la voie de l’eau réalisé par James Cameron

Avatar la voie de l’eau réalisé par James Cameron

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).