La Cité du Vin à Bordeaux

La Cité du Vin à Bordeaux

Située à Bordeaux, La Cité du Vin est un équipement culturel inédit dédié au vin comme patrimoine culturel, universel et vivant. Elle offre un voyage spectaculaire autour du monde, à travers les âges, dans toutes les cultures. Au printemps dernier, elle a été inaugurée en grandes pompes par François Hollande et Alain Juppé.

Après les premiers mois de fonctionnement, nous avons souhaité vous présenter ce nouveau lieu qui se veut animateur de la vie bordelaise.
Notre première impression : c’est très beau ! l’architecture est superbe, le mélange des matières, les formes courbes sont un plaisir pour les yeux.
La Cité du vin offre plusieurs possibilités de visites : le parcours permanent, une exposition temporaire, des ateliers, une bibliothèque, une cave à vins, un restaurant, une boutique, et un belvédère de dégustation.
La boutique, la cave à vins, la bibliothèque sont en accès libre. Le restaurant, avec une belle vue sur le fleuve, est réservé aux personnes qui souhaitent y déjeuner ou dîner.
La visite de l’exposition temporaire Carte blanche à Isabelle Rozenbaum, est incluse dans le prix du billet d’entrée au parcours permanent, ce qui ne sera plus le cas pour les expositions suivantes.
Le parcours permanent propose toutes sortes de découvertes autour des thématiques du vin : fabrication, histoire, terroirs et vignobles.
Les ateliers dédiés proposent aux enfants et aux adultes des découvertes autour du vin.

Nous avons choisi de visiter la Cité du Vin comme un visiteur lambda le ferait, c’est-à-dire la visite du parcours permanent et de l’exposition temporaire, réservant les ateliers pour une prochaine visite plus thématique.
Le lien vers la visite de l’exposition temporaire est accessible ici.

Qu’est-ce que le parcours permanent ? Situé au deuxième étage, c’est tout d’abord un lieu très connecté ! à la pointe de la technologie. L’audio-guide, appelé ici « compagnon de voyage » est absolument indispensable, mais n’a plus grand-chose à voir avec ceux qui sont habituellement mis à la disposition du public. Le casque, de nouvelle génération, est très confortable, les écouteurs ne touchent plus les oreilles, ce qui permet d’entendre son voisin et d’échanger avec lui, un vrai grand plus ! Il est relié à un boitier type smartphone qui, tantôt se déclenche automatiquement, à l’entrée d’une salle par exemple, soit doit être actionné en le posant sur les logos présents partout sur le parcours. Des contenus sonores, ou visuels sont alors déclenchés, soit sur le guide, soit sur des écrans extérieurs. En tout c’est plus de 10 heures d’explications, disponibles en 8 langues, qui sont à la disposition du visiteur, pour une visite d’au moins 2 heures.
La visite du parcours permanent se veut multi-sensorielle et c’est vraiment réussi. Partout des écrans, grands, petits, simples, multiples. Des images 3D, des diffusions d’odeur, des images intégrées à des décors … A chaque fois des sièges, avec toujours des emplacements handicapés, pour profiter des vidéos ou animations, et se reposer. Un des lieux que j’ai préféré : la salle en forme de bateau où les images nous entrainent sur les mers en compagnie des marins qui ont diffusé les vins tout autour du globe.

Une fois la visite terminée, l’ascenseur vous emmène au huitième étage dans le Belvédère qui culmine à 35 mètres de hauteur. C’est le point d’orgue de la visite qui propose de découvrir de haut la cité bordelaise et surtout le fleuve en dégustant un verre de vin, à choisir parmi une vingtaine de vins de France (Bordeaux mais pas seulement) et du monde (ou un jus de raisin pour les enfants ou les personnes ne souhaitant pas consommer d’alcool). C’est vraiment un endroit superbe, très spectaculaire, avec un magnifique comptoir en chêne, et un plafond réalisé avec des milliers de bouteilles de vin. L’accès au belvédère et à la dégustation est compris dans le billet d’entrée au parcours permanent, dont il clôture la visite.

Les photos de la visite

L’avis de Michelle : c’est vraiment un endroit à visiter, c’est très beau, le contenu est intéressant. Le bémol c’est le prix d’entrée qui est quand même élevé, 20 euros c’est cher, et ne comprend que le parcours permanent et l’accès au Belvédère. Il est vraiment dommage que l’accès au Belvédère ne puisse pas être ouvert en dehors de ce parcours. Le visiteur ne viendra pas forcément visiter souvent le parcours permanent, par contre il reviendra souvent, surtout s’il est de la région, visiter les expositions permanentes, ou profiter des spectacles, et autres animations qui seront proposés tout au long de l’année. Un passage par le Belvédère, après une visite d’expo, ou un spectacle, serait très apprécié. Quant à la dégustation, elle laisse un peu de frustration, on aurait bien aimé pouvoir goûter deux vins différents, quitte à ce que la quantité servie soit divisée par deux.
Cette dégustation à 35 mètres de hauteur, dans ce lieu magique, reste cependant une expérience très agréable !

L’avis de Bénédicte : La visite a été très sympathique. Le bâtiment est vraiment magnifique et les espaces intérieurs sont parfaitement bien agencés. L’exposition temporaire est vraiment agréable à visiter : de grands espaces, de la place pour circuler et voir les différentes photos.
Quant à la collection permanente, les 10 h de contenu interactif laissent pas mal de possibilités de visites. Cependant, il faut se rendre compte d’une chose : il faudra sans doute toute une journée pour tout voir et tout entendre… mais toute sortie est définitive.
La collection est multi-sensorielle : il y a des choses à sentir, à toucher, à voir. Mention spéciale à l’écran à 360° qui propose au visiteur une immersion à bord d’un bateau traversant les âges pour apprendre l’histoire du vin depuis l’Antiquité jusqu’au XIXè siècle.
Pour finir, les audio-guides (essentiels pour la visite) sont suffisamment bien faits pour que l’on puisse tout de même entendre et discuter avec les personnes avec qui on est venu visiter. Même si ce type de technologie est toujours clivant puisque réduisant l’interaction avec autrui, ceux-ci sont bien pensés.
Pour conclure, une visite sympathique, avec dégustation de vin à la fin. Cependant, pour vraiment en profiter, il faudra y passer la journée. Pour des visites plus courtes, 20 € pour une entrée adulte, ça reste trop cher.

La Cité du Vin : 134 Quai de Bacalan 33000 Bordeaux – site web de la Cité du Vin
Tarif plein adulte : daté : 20 € (open : 25 €) – adulte réduit (handicapé, jeune entre 18 et 23 ans, demandeur d’emploi) : 16 € – Jeune (entre 12 et 17 ans) : 10 € (open : 12,50 €) – Enfant (entre 6 et 11 ans) : 8 € (open : 10 €) – Gratuit pour les moins de 6 ans – Pack famille (2 adultes et 2 enfants entre 6 et 17 ans) : 50 €
De nombreuses autres formules à voir directement sur le site.
Ouvert du 1er au 31 octobre : période scolaire : du lundi au vendredi de 10h00 à18h30, le samedi et le dimanche de 9h30 à 19h – vacances scolaires : tous les jours de 9h30 à 19h00 – du 1er novembre au 31 décembre : période scolaire : du mardi au dimanche de 10h00 à 18h00 – vacances scolaires : tous les jours de 10h00 à18h30 – fermé le 25 décembre. Les dates d’ouverture et les horaires 2017 ne sont pas encore fixés
Pour venir à la Cité du Vin, bordelais ou touristes, privilégiez le tram, garez vous au park-relais Brandenburg, la ligne est directe et c’est très peu onéreux.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Le Musée Alsacien à Strasbourg

Le Musée Alsacien à Strasbourg

Le château Vodou à Strasbourg

Le château Vodou à Strasbourg

Le Musée de l’œuvre Notre-Dame à Strasbourg

Le Musée de l’œuvre Notre-Dame à Strasbourg

La Manufacture Bernadaud à Limoges

La Manufacture Bernadaud à Limoges

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).