Le Musée des Tumulus de Bougon dans les Deux-Sèvres

Le Musée des Tumulus de Bougon dans les Deux-Sèvres

Le Musée des Tumulus de Bougon est implanté sur le site même où, il y a 6000 ans, 2000 ans avant les pyramides d’Egypte, nos ancêtres ont érigé ces monuments mégalithiques. Il a pour vocation la conservation du site archéologique des tumulus et la présentation de la culture néolithique.

Plusieurs parties distinctes composent ce Musée atypique en pleine campagne : une partie intérieure qui replace le Néolithique dans la vaste chronologie de la Préhistoire, et un parcours de découverte jalonné de reconstitutions grandeur nature et aboutissant aux tumulus.

Le musée :

Construit par le Conseil Départemental des Deux-Sèvres sur les plans de l’architecte Jean-François Milou, autour des vestiges d’un prieuré, le musée des Tumulus est un bâtiment moderne conçu comme une grande vitrine ceinte d’un péristyle métallique. Il abrite également les vestiges d’une habitation traditionnelle datée du 15e siècle. C’est vraiment un très beau bâtiment et une belle réussite architecturale, particulièrement bien intégré au site.
Au rez-de-chaussée, se situent l’accueil, une boutique et le musée proprement dit. Une première salle présente une vidéo de l’Horloge de l’évolution (où une année symbolise les 15 milliards d’années depuis le big bang, et où l’apparition de l’homme intervient dans les deux dernières heures de l’année) et des reconstitutions de crânes depuis le Proconsul jusqu’à l’Homo Sapiens. Puis plusieurs salles sont consacrées aux cultures néolithiques avec de nombreux objets présentés, des reconstitutions (d’une habitation, d’un couloir dans un tumulus) et des maquettes.
La vidéo m’a un peu déçue parce que la science de la Préhistoire évolue rapidement et qu’elle n’a pas été remise à jour. Et la présentation des vitrines avec une partie en verre dépoli a mal vieilli. Un relooking de cette partie serait sans doute la bienvenue. Il n’en reste pas moins que ce musée est extrêmement intéressant et présente une large palette de cultures néolithiques.
Au 1er étage on découvre les restes d’une chapelle et quelques salles d’exposition. Le 2nd étage est consacré aux expositions temporaires qui ont lieu presque tous les ans.

Le parcours découverte :

Situé entre le bâtiment du musée et le site archéologique, il se veut une approche à la fois ludique et pédagogique présentant différentes zones.
Un labyrinthe en bois recouvert de végétaux propose un questionnaire ludique sur la Préhistoire, avec des questions à 2 niveaux, pour les petits et les grands, les bonnes réponses permettant de trouver la sortie. C’est amusant et plutôt réussi.

Un sentier ombragé emmène ensuite sur une vaste prairie où sont proposées des reconstitutions et des zones d’activités pour les enfants.

On peut voir les éléments qui ont servi pour des tests d’expérimentation du transport et de l’élévation des dalles. Une zone présente différentes reproductions de la vie au paléolithique puis au néolithique. Des maisons néolithiques ont été construites en tenant compte des dernières avancées des fouilles sur les sites, et permettent de se faire une idée assez précise de ce que devait être l’habitat des premiers sédentaires. Une autre zone présente les activités liées à l’eau et à la pêche. Enfin une superbe reconstitution des étapes de construction d’un tumulus permettent de visualiser comment ont été bâtis ces grands monuments dont il ne reste la plupart du temps que des dolmens, soit la partie interne, tout le reste ayant disparu au fil du temps. C’est particulièrement intéressant. De nombreux ateliers sont proposés en saison, et des activités sont régulièrement proposées aux enfants des écoles alentour.
Un jardin botanique principalement consacré aux plantes à teinture a été mis en place ces dernières années, il est un peu tristounet en fin de saison mais c’est logique, les plantes ayant leur propre cycle de vie, et l’été ayant été particulièrement sec.

Le site archéologique :

C’est la partie la plus émouvante du musée. Sur une vaste zone, en grande partie ombragée, 6 tumulus se révèlent au visiteur fasciné. Erigés sur un plateau calcaire au-dessus de la rivière Bougon, les tumulus ne seront identifiés comme monuments funéraires qu’aux alentours de 1840, où ils seront alors fouillés, permettant de découvrir des chambres intactes avec leur mobilier funéraire et de nombreux squelettes (jusqu’à 200 dans la plus grande chambre). Tous ces tumulus n’ont pas été érigés en même temps, les plus anciens datent de plus de 6700 ans, ni avec les mêmes techniques puisqu’on retrouve des plafonds composés d’une grande dalle mais aussi un plafond construit avec des petites pierres plates en encorbellement. Leur grande taille et leur état de conservation en font un témoignage important du néolithique. S’enfoncer dans le tumulus et pénétrer dans ces salles en empruntant un couloir très bas, est une expérience émouvante.

Pour faire le tour complet du site, il faut compter 3 à 4 heures, et bien plus si on participe à des ateliers. C’est une visite que je recommande vivement et qui plaira autant aux adultes qu’aux enfants. Et elle est très accessible car proche de la sortie de l’autoroute A10.

Les photos du musée et du parcours découverte.

Musée des Tumulus de Bougon : La Chapelle 79800 Bougon – Ouverture : en janvier seulement le dimanche de 13h à 17h30 – de février à avril et d’octobre à décembre de 10 h à 17h30 du mardi au vendredi, de 13h à 17h30 les samedis et dimanches – de mai à septembre de 10h à 18h30, fermeture le lundi sauf scolaires sur réservation – Tarifs : visite libre + audio-guide : adultes : 4,50 € – enfants (- 18 ans), handicapés, demandeurs d’emploi, étudiants : gratuit – adultes réduits (carte Cézam, carte fidélité, CNAS) : 3,50 € – visite guidée ou atelier : adultes : 6,00 € – enfants : 2,50 € – famille (2 adultes + 2 enfants) : 16,00 € – adultes réduits (carte Cézam, fidélité, CNAS) : 5,50 € – Parking gratuit – Crêperie – Les animaux ne sont pas admis sur le site.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

La Cité du Vin à Bordeaux

La Cité du Vin à Bordeaux

La culture dans le département de l’Isère en 2024 & 2025

Le musée départementales des Arts Asiatiques de Nice

Le musée départementales des Arts Asiatiques de Nice

Le MuséoParc Alésia (Côte d’Or – région Franche-Comté)

Le MuséoParc Alésia (Côte d’Or – région Franche-Comté)

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).