Musée du Compagnonnage à Bordeaux

Musée du Compagnonnage à Bordeaux

Le compagnonnage, célèbre pour son Tour de France, est le dernier mouvement ouvrier à enseigner certaines techniques professionnelles, à concilier développement de l’individu et apprentissage du métier et à pratiquer des rites d’initiation.
Mobilité et la transmission du savoir-faire sont les fondements du compagnonnage.

Ce mouvement ouvrier français concerne une trentaine de métiers différents, notamment :
• les métiers du bâtiment : charpentiers, tailleurs de pierre, maçons, couvreurs, menuisiers, serruriers, plâtriers, peintres
• les métiers de la métallurgie : maréchaux-ferrants, forgerons, carrossiers, mécaniciens, chaudronniers
• les métiers du cuir : selliers bourreliers, cordonniers bottiers, maroquiniers, tapissiers
• les métiers de l’alimentation : boulangers, pâtissiers, cuisiniers
Depuis des siècles, les compagnons voyagent et adaptent leurs connaissances aux nouvelles techniques et matériaux. Ainsi, au fil du temps, le compagnonnage a vu des métiers disparaître et d’autres naître.

La fondation du compagnonnage remonterait à la Fondation du Temple de Salomon. Plus sûrement les sources historiques le font plutôt apparaître au XVème siècle en tant qu’apprentissage d’un métier au sein d’une corporation. Dès 1420, une ordonnance pour les cordonniers de Troyes indiquait : « Plusieurs compaignons et ouvriers du dit mestier, de plusieurs langues et nations, alloient et venoient de ville en ville ouvrer pour apprendre, congnoistre, veoir et savoir les uns des autres. »

Il existe actuellement trois mouvements compagnonniques :
• l’Association Ouvrière des Compagnons du Tour de France
• la Fédération Compagnonnique des Métiers du Bâtiment
• l’Union Compagnonnique.
Leur histoire, leurs traditions et leurs métiers ne sont pas tous identiques, mais leurs membres sont tous des compagnons du Tour de France.

Les jeunes à partir de 16 ans qui veulent apprendre et/ou développer leurs compétences dans un métier donné peuvent demander à rejoindre une communauté de compagnons, où ils seront hébergés et formés.
Pour recevoir le titre de Compagnon, l’ouvrier doit avoir rempli son temps d’apprentissage, s’être perfectionné pendant son tour de France et avoir réalisé un « chef-d’œuvre » pour prouver sa connaissance du métier. On parle aussi de travail de « réception » car la réception est la cérémonie au cours de laquelle l’aspirant reçoit le titre de compagnon.
C’est pour abriter certains de ces « chefs-d’oeuvre » et transmettre l’histoire des différentes corporations que, à côté des Maisons des Compagnons, ont vu le jour des Musées du Compagnonnage.

A Bordeaux, le Musée du Compagnonnage regroupe principalement des objets et des oeuvres concernant les métiers du bâtiment : charpentiers, maçons et tailleurs de pierre, menuisiers, ébénistes et serruriers ou encore peintres vitriers.

Le rez-de-chaussée du Musée est consacrée à l’historique du Compagnonnage. On y trouve entre autres les chefs-d’oeuvre les plus anciens anciens datant de 1850, 1936 et 1939.
Au sous-sol sont exposées les pièces monumentales. La plus haute mesure 5,20 mètres et réunit 5 monuments emblématiques de la ville de Bordeaux. Elle a été réalisée par 5 compagnons et leur a demandé 5 ans de travail à temps complet !
A l’étage on trouve les oeuvres les plus récentes. Sont à l’honneur : celles des charpentiers, tailleurs de pierre, menuisiers, ébénistes, serrurriers, peintres…

Pour ma part, j’ai énormément apprécié cette visite. Je connaissais un peu le Compagnonnage, ayant déjà eu l’occasion de visiter le Musée de Limoges consacré à d’autres corps de métier. Mais c’est toujours un grand plaisir de découvrir un savoir-faire particulièrement développé.

Je ne peux que conseiller vivement cette visite, tant aux amateurs d’art et d’histoire qui apprécieront la dextérité des réalisateurs, qu’aux jeunes, souvent en manque d’inspiration d’orientation, qui y feront la connaissance de nombreux métiers manuels aux débouchés nombreux et valorisants. Ils y trouveront aussi accueil (très sympathique), aide et informations.

A noter qu’en 2010, le compagnonnage français a été inscrit par l’UNESCO au « Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité » sous le titre Le compagnonnage, réseau de transmission des savoirs et des identités par le métier.

Mes photos du Musée

Musée du Compagnonnage : 112 Rue Malbec 33800 Bordeaux – 05 56 92 05 17 – musee-compagnons@orange.fr – Ouverture les mercredis, jeudis et vendredsi de 14h à 17h30 et le samedi de 10h à 17h, sauf jours fériés – Prix unique : 5 € – Gratuit pour les moins de 12 ans – Pour les groupes (à partir de 10 personnes) visite guidée sur réservation au 05 56 92 05 17 : 7 € (adultes) et 3 € (enfants) – Scolaire : 3 € – Parking gratuit.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Le Musée Alsacien à Strasbourg

Le Musée Alsacien à Strasbourg

Le château Vodou à Strasbourg

Le château Vodou à Strasbourg

Le Musée de l’œuvre Notre-Dame à Strasbourg

Le Musée de l’œuvre Notre-Dame à Strasbourg

La Manufacture Bernadaud à Limoges

La Manufacture Bernadaud à Limoges

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).