Le crime parfait d’Agatha Christie écrit par Bénédicte Jourgeaud

Décembre 1926. Agatha Christie disparaît mystérieusement pendant une dizaine de jours. La célèbre romancière l’ait face à deux tragédies dans sa vie : sa mère est décédée quelques mois plus tôt et son mari vient de lui annoncer qu’il a une maîtresse et veut divorcer. Agatha décide, sans prévenir personne, de quitter l’Angleterre pour Constantinople, départ qui la conduira, sans que cela ne soit prévu, au centre d’une énigme policière : deux meurtres sont commis sur le bateau qui l’emmène à destination. Avec ses compagnons de voyage, elle va mener l’enquête au grand désespoir de l’inspecteur Craddock…

Ce roman part d’un principe simple : et si Agatha Christie était le personnage de l’une de ses histoires ?

Ce livre s’adresse clairement aux fans de la romancière Britannique, dont je suis. Car, il y a beaucoup de spoilers. C’est dommage car ce bouquin est excellent. Je l’ai trouvé très bien rédigé. Et la trame est vraiment bien menée.

L’histoire commence assez lentement. Ce n’est pas déplaisant : cette situation laisse le temps à l’action de s’installer et au lectorat de savourer l’ambiance des années 1920.

L’ambiance générale est tellement Britannique. C’est un vrai plaisir.

Sans compter une bonne enquête policière !

Editions 10/18, en librairie le 02 novembre 2023, 8,90 €.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Projet Iceworm écrit par Simon Mockler

L’affaire Emmett Till écrit par J.M. Pottier

Sable Noir écrit par Cristina Cassar Scalia

Le thriller Japonais La Maison Noire écrit par Yûsuke Kishi

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).