La Faim et la soif écrit par Mickaël Koudero

Après des études de cinéma à l’ESRA (école supérieure de réalisation audiovisuelle), Mickaël Koudero devient scénariste pour plusieurs séries télévisées diffusées sur TF1, France 2, France 3 et Chérie 25.
En parallèle de son métier de scénariste, Mickaël écrit son premier roman Les enfants d’Érostrate. Best-seller de l’auto-édition, le livre sera vendu à plusieurs milliers d’exemplaires et se retrouvera dans la Wish-list des 30 livres de l’année 2015, catégorie Policier/Thriller.
Ce livre ressortira en 2017 au Québec, et début 2018 en France, sous le titre Des visages et des morts
Cette même année 2018, Mickaël s’investit pour l’association ELA avec l’écriture d’une nouvelle, La Mort, tout le temps, disponible dans le recueil PhobiaLa Faim et la soif est donc son second roman.

Roumanie, décembre 1989. Le peuple prend les armes, décidé à se soustraire de la dictature de Ceaușescu. Tandis que Bucarest se voile de rouge, la Securitate – sa garde rapprochée – abdique devant ce désir de liberté. Paris, juin 2015. Dans un appartement aux allures de chapelle, une femme s’est tailladé les veines. Avant de commettre l’irréparable, elle a cherché à s’arracher les yeux. Plus étrange encore, elle a laissé un paquet de feuilles froissées sur lesquelles est griffonné le même nom : Nosferatu. Un mot roumain qui renvoie aux non-morts, aux vampires et au Diable. Quelques mois plus tôt, c’est un jeune Roumain sans papiers qui a été découvert dans un parking en construction. Vidé de son sang. Les organes volés, son corps à moitié dévoré. Deux affaires en apparence distinctes. Et pourtant… Pour Raphaël Bertignac, ancien journaliste d’investigation, un lien existe. Cannibale, Diable, organes… des mots aux sonorités animales qui poussent Raphaël à mener l’enquête à Paris, à Prague, et jusqu’au tréfonds de la Roumanie. Dans ces territoires interdits où plus rien ne répond à la raison. Il comprendra que sous les cendres de la révolution de 1989 et la chute de Ceaușescu est née une menace. Intime. Cannibale. Sauvage. La faim et la soif.

Je n’avais pas lu le premier roman de cet auteur (lacune à rattraper !), c’est donc sans aucun a priori ni aucune attente particulière que je me suis lancée dans cette lecture.
C’est un magnifique pavé de 540 pages, comme je les aime, à la couverture suggestive quelque peu mystérieuse qui laisse présager un récit à faire frémir aux côtés d’un héros charismatique.
Comparé à Chattam ou Grangé sur la 4e de couverture, j’étais très impatiente de me faire mon propre avis, In Tenebris de Chattam (basé sur un thème que l’on retrouve ici) étant mon thriller favori, celui qui m’a fait faire les pires cauchemars il y a déjà quelques années.
La mise en place du récit est dès le départ passionnante, et même si on est obligé d’ingurgiter beaucoup d’informations en peu de temps, ça glisse tout seul tant la plume de l’auteur est belle, juste, fine et percutante. Ce roman est incontestablement très copieux et s’attarde sur des thèmes divers et variés mais le lien entre tout cela est naturel et tout s’imbrique parfaitement pour en faire une construction incroyablement riche et bien pensée.

Raphaël, ex-journaliste va donc décider de rempiler pour cette enquête et de pistes en pistes, de Paris à la Roumanie en passant par Prague, il nous embarque avec lui et sa persévérance. Héros intelligent, curieux, avide de vérité, courageux, il est juste parfait dans ce rôle. Au cœur de cette enquête complexe il réussit à nous captiver, on se ronge carrément les ongles, j’ai même eu très peur pour lui à de multiples reprises : suspense et frissons garantis !

Au-delà de l’enquête journalistique, l’auteur avec son style cinématographique nous en mets plein les yeux. Tout est parfaitement décrit, lieux, odeurs, images, sons, ambiance terriblement angoissante, tous nos sens sont comblés… L’intrigue, écrite avec des mots précis et toujours posés à point nommé, défile devant nos yeux à une vitesse folle. Aucun temps mort, aucun répit, on est embarqué dans cette sordide histoire terriblement effrayante, incroyablement crédible, réaliste.
Sombre mais jamais glauque ni gore j’ai apprécié l’atmosphère qui plane sur le récit, j’aime avoir peur, en revanche je déteste être dégoutée en lisant.
En bref, j’ai adoré, enquête passionnante, thèmes variés et captivants, héros charismatique, fin surprenante et rassasiante pour les lecteurs exigeants. Quand tout se démêle c’est tout bonnement délicieux, glaçant, ahurissant ! Je me suis vraiment régalée avec ce bijou.
Mention spéciale pour le côté historique du récit concernant le passé politique de la Roumanie, j’ai appris beaucoup de choses et comme j’adore lire un roman et me cultiver, j’ai été conquise.
Cette réflexion sur le Mal, ses causes, ses origines est aboutie et réussie. Cette chasse à l’Ogre est pleine d’action et de rebondissements.
Félicitations à l’auteur, vivement le prochain livre, et en attendant j’ai d’ores et déjà rendez-vous avec Des Visages et des morts… 

La Faim et la soif est délicieusement captivant, c’est un chef d’œuvre terrifiant 100% réussi, magistral, diaboliquement addictif !

Éditeur : Hugo Thriller – Date de publication : 07 février 2019 – 540 pages – Prix : 19,95 €.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Duel écrit par Frank Leduc

Proies écrit par Andrée A. Michaud

Le thriller Japonais La Maison Noire écrit par Yûsuke Kishi

Obsolète écrit par Sophie Loubière

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).