Les Passagers écrit par John Marrs

Les Passagers écrit par John Marrs

John Marrs est journaliste free-lance. Les Passagers est son sixième roman.

L’Angleterre, demain, ou peut-être après-demain. Les voitures sans conducteur sont devenues obligatoires.  » Un réel progrès pour la sécurité de tous « , se dit-on. Mais quand un hacker prend le contrôle de huit véhicules, le progrès devient une menace. Mortelle. Les huit véhicules et leurs passagers sont programmés pour rouler vers une collision aussi spectaculaire que fatale. Impossible, pour les autorités, d’intervenir : les voitures exploseraient. Tous vont mourir. Tous, sauf celui ou celle que le public décidera de sauver via les réseaux sociaux. Chaque passager doit plaider sa cause pour influencer les votes, en se présentant sous son meilleur jour. Mais le hacker connaît aussi leurs secrets les plus sombres… ET VOUS, QUI SAUVERIEZ-VOUS ?

Quand terrorisme et télé-réalité s’entrechoquent pour des prises d’otages simultanées de voitures autonomes détournées et lancées à toute vitesse pour une collision fatale dans… 2h30… tic-tac… tic-tac…

J’avais vraiment aimé et été marquée par Âmes sœurs du même auteur, sorti également chez Hugo Thriller l’an dernier. C’est avec un bel enthousiasme que j’ai commencé celui-ci toujours dans des thèmes d’anticipation et ancré dans le même futur proche que le livre précédent. On y retrouve d’ailleurs quelques clins d’œil aux couples aux ADN compatibles mais je ne vous en dis pas plus sur ce point, je vous invite plutôt à lire le livre.
Toujours avec une plume très vive, incisive, sans fioritures et allant à l’essentiel, l’auteur nous sert un roman dynamique au rythme fou en alternant des dialogues affûtés et un récit passionnant ! Des chapitres courts, répétant toujours le même schéma, soumis à un compte à rebours anxiogène et collant à merveille à ce page-turner vous capturent dans une intrigue à couper le souffle. L’univers, réfléchi, riche, créé au millimètre se révèle addictif dès les premières scènes. On y suit des protagonistes aboutis, construits, qui suscitent tous chez le lecteur des sentiments contradictoires, on éprouve alors à la fois de l’empathie pour eux mais aussi des émotions qui nous révulsent. Chaque changement de point de vue se montre maîtrisé et délicieux.
10 min pour convaincre… et bam ! Le hacker révèle alors un secret inavouable, ne trouvez-vous pas qu’il n’y a souvent qu’un pas pour passer du statut de victime au banc des accusés ? Saurez-vous faire votre choix ? Quel acte abominable trouverez-vous le moins horrible ? Qui mérite donc de vivre ?
C’est vraiment bien fait et intelligent, la fin est surprenante à souhait tant dans le déroulement des événements que dans les explications du dénouement. J’ai été bluffée par ce thriller qui mêle les nouvelles technologies et leurs risques de débordements à des notions très humaines de justice, teintées d’économie et de politique. Ça porte à la réflexion et à nos décisions à venir pour l’avenir…
John Marrs est incontestablement un auteur phare de notre époque !

Editeur : Hugo Thriller – Date de parution : 07 novembre 2019 – 450 pages – Traduit de l’anglais par Vincent Guilluy – Prix : 19,95 €.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Le clocher de Noël et autres crimes impossibles écrit par Roland Lacourbe

Le clocher de Noël et autres crimes impossibles écrit par Roland Lacourbe

Face mort écrit par Stéphane Marchand

Face mort écrit par Stéphane Marchand

Déluges écrit par Kristina Ohlsson

Déluges écrit par Kristina Ohlsson

On a perdu le MH370 écrit par Jean-Louis Baroux

On a perdu le MH370 écrit par Jean-Louis Baroux

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).