Quelque part avant l’enfer écrit par Niko Tackian

Après une carrière dans le journalisme, Niko Tackian devient auteur de bandes dessinées chez Semic, puis chez Soleil Productions. Il prend ensuite la plume pour le petit écran et devient scénariste (Inquisitio, Main courante, La Cour des grands, Alex Hugo…) avant de réaliser son premier film, Azad (2008), qui recevra plusieurs prix internationaux. En 2015, il a publié son premier roman, Quelque part avant l’enfer, récompensé du Prix des Bibliothèques & des Médiathèques de Grand Cognac au Festival Polar de Cognac. Son deuxième roman, La nuit n’est jamais complète a remporté le Prix Polar Sud Ouest 2017 au Festival Lire en poche de Gradignan. Après ces deux publications aux éditions Scrineo, ses troisième et quatrième roman, Toxique (2017) et Fantazme (2018) ont paru chez Calmann-Lévy.

Une matinée comme les autres. Après avoir déposé son fils à l’école, Anna s’engage sur le boulevard sans remarquer le semi-remorque lancé à pleine vitesse. C’est le choc. Le tunnel. La musique des sphères. Mais, au seuil de la lumière, une silhouette s’interpose. Un homme, petit et barbu, la prévient : « Je vais te tuer. »
Miraculeusement revenue d’entre les morts, Anna reprend ses marques, peu à peu. Or une présence semble partout suivre ses pas, semant dans Paris des cadavres de femmes. Il l’a prévenue : elle sera la dernière…

C’est avec grand plaisir que j’ai pu découvrir la plume de Niko Tackian avec ce premier roman publié.
Suite à un accident tragique, Anna tombe dans le coma pendant deux semaines… Elle se réveille avec le souvenir d’une expérience de mort imminente sauf que contrairement à la plupart des expérienceurs, la sienne a été des plus noires et ne cesse de la hanter.
Elle se demande alors s’il n’est pas temps pour elle de donner un nouvel élan à sa vie de famille avec son mari et son fils mais… On ne ressort pas indemne d’une expérience de la sorte surtout quand il semble qu’un tueur au poignard nous poursuit et que des qualités de médium font surface.
On va donc, dans ce roman addictif au style fluide, implacable et étonnant, suivre cette héroïne attachante dans sa quête sans aucun répit.
Suspense et rebondissements sont au rendez-vous, tous les ingrédients sont là pour passer un formidable moment de lecture.
Au fil des pages, l’auteur nous aspire avec Anna dans une spirale infernale en semant progressivement des indices et il assemble les pièces de son puzzle pour nous faire frémir d’angoisse. C’est incroyablement bien fait !
Quand vient le moment de la révélation finale, c’est l’apothéose et le frisson ressenti tout au long de la lecture prend alors tout son sens…
Niko Tackian signe ici un premier roman abouti et prometteur, une véritable réussite.
Je l’ai avalé en deux séances de lectures à peine, savourant le récit, les mots, l’ambiance…
J’ai eu un gros coup de coeur pour ce thriller passionnant à la trame originale basée sur des recherches et données précises sur les expériences de mort imminente, cette frontière entre la vie et la mort et les conséquences qu’un tel événement peut avoir ensuite sur la vie de ceux qui l’ont vécu.
Après une aussi belle révélation livresque, je ne vais donc pas hésiter un seul instant à me plonger très prochainement dans ses trois romans suivants.

Éditeur : Pocket – Collection : Thriller – Date de publication : 08 mars 2018 – 341 pages – Prix : 7,50 €.

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Duel écrit par Frank Leduc

Proies écrit par Andrée A. Michaud

Le thriller Japonais La Maison Noire écrit par Yûsuke Kishi

Obsolète écrit par Sophie Loubière

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).