A Discovery of Witches – Saison 1 : Retour sur la nouvelle pépite made in UK

A Discovery of Witches – Saison 1 : Retour sur la nouvelle pépite made in UK

Vous le savez, ADOW est une série qui me touchait particulièrement à cœur de regarder. J’avais adoré la trilogie de Deborah Harkness et j’avais hâte de voir son adaptation sur le petit écran. Au rythme d’une critique par semaine sur chaque épisode, vous avez pu (OU PAS) connaître mon ressenti au fil de cette première saison. Un seul épisode n’a pas fait l’objet d’un article : l’épisode final.

 

 

Je voulais surtout vous laisser le temps d’appréhender la série dans sa globalité. Voyons désormais si cette première saison de ADOW mérite réellement le coup d’œil ?!

Pour ce qui est du casting et du synopsis, je vous propose de passer car vous pouvez les retrouver ICI et ICI.

A Discovery of Witches est une série particulièrement soignée, à l’image de la plupart des séries britanniques de qualité (Peaky Blinders, Doctor Who, Downton Abbey, Sherlock etc…). Sur ce point, les paysages sont magnifiques, les images des lieux historiques telles que la bibliothèque de la Bodléienne et Oxford sont filmés avec charme et poésie. La bande son est vraiment très sympathique. Le charme émane également et en partie du choix du casting. Je me prononcerais surtout au nom des grands fans de la trilogie littéraire qui attendaient ce cast avec impatience. Nous avons lu les livres avec tellement d’engouement et notre attachement aux différents personnages était tellement fort, qu’un mauvais casting aurait très certainement tout gâcher.

Là encore, l’équipe de la série a fait un travail fantastique. Tous les acteurs collent à la perfection avec les personnages imaginés par D. Harkness. Je n’ai pas vu une seule exception. J’ai eu un gros coup de cœur pour les tantes de Diana, pour Marcus ainsi que pour Myriam. Des personnages un peu mis au second plan évidemment, les projecteurs étant braqués sur le couple phare : Matthew (Matthew Goode) et Diana (Teresa Palmer). J’avoue avoir eu un peu de mal avec le jeu d’actrice de la belle Teresa Palmer dans certaines scènes.

ADOW season 1

ADOW

 

L’alchimie est présente du 1er épisode jusqu’au dernier de la saison, c’est-à-dire le 8ème. Et justement parlons-en … Les 8 épisodes étaient très clairement insuffisants. Le résultat s’est d’ailleurs vu dès le 2ème épisode ou les scènes étaient – parfois bâclées – accélérées. Par conséquent, l’alchimie entre Matthew et Diana qui est censée se construire un peu plus lentement se fait à vitesse grand V, désarmant alors bon nombre de spectateurs qui commencent déjà à cataloguer la série comme le nouveau « Twilight » 2.0. C’est fort dommage quand on connait les moyens investis par la chaine et la production sur cette nouvelle série. Mais également quand on a lu les livres qui, eux, apportent beaucoup plus de complexité et de challenge que la série.

Alors oui, le format est à revoir. 12 épisodes seraient un minimum pour permettre à la trilogie de prendre véritablement forme sur Sky One. Cela permettrait également de ne pas zapper des scènes importantes, je pense notamment, dans la saison 1 à la scène du Yoga (présente dans les livres) qui a carrément été supprimée. Et plus de temps serait aussi l’occasion d’allonger certaines scènes et de moins avoir l’impression de passer « du coq à l’âne ». Parce que oui, j’ai moi-même eu cette impression. D’ailleurs, la série manque parfois de fluidité que ce soit dans le déroulé de certaines scènes mais également lors des transitions.

Finalement c’est le seul gros point noir de cette première saison.

 

A Discovery of Witches

 

Le scénario et le charisme des personnages, notamment Matthew, Marcus ou encore les tantes Bishop, sont clairement l’un des plus gros points forts de la série, outre la beauté des images. L’action est également présente mais orchestrée crescendo. Autrement dit plus on avance dans les épisodes et plus la tension est palpable, les effets spéciaux travaillés. Nous sommes à mi-chemin entre la série dramatique/romantique et la série fantastique. Il n’y a jamais d’effet « too much », tout est maîtrisé à la perfection.

Est-ce que je recommande la série ? Un grand OUI ! Pour le casting si incroyable, pour l’histoire si attachante, pour les images si exceptionnelles et parce que cette saison 1 constitue les prémices de deux autres saisons qui s’annoncent (d’après les romans) comme incroyables. Le rythme est assez lent et timide au début mais les émotions s’intensifient au fil des épisodes.

La série doit-elle s’améliorer ? OUI ! Le choix des 8 épisodes est un handicap pour ADOW. Cette configuration oblige la production à bâcler certaines scènes (la scène du repas entre Matthew et Diana à Oxford par exemple).

La série est-elle fidèle à 100% aux livres ? NON ! Certaines scènes ont été modifiées, des détails ont été adaptés pour le format du petit écran mais ces changements ne noircissent pas l’essence même de la trilogie. Alors clairement, si vous étiez fans des bouquins vous allez adorer la série. Le romantisme est présent, l’alchimie, l’intensité, les créatures, la magie. Tout est là. 

 

A Discovery of Witches

 

Je suivrais avec grand plaisir la saison 2 et la saison 3 qui ont été annoncées officiellement.

 

VOIR LA BANDE ANNONCE VOSTFR

 

 

 

 

Source images : Allocine & wherever-i-look.com

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

The Cry

The Cry

Years and years, une série de Russel T Davies

Years and years, une série de Russel T Davies

Meurtres au Paradis Saison 10

Meurtres au Paradis Saison 10

A Discovery Of Witches (Saison 2) : Une grosse pincée de magie et une petite pointe de déception

A Discovery Of Witches (Saison 2) : Une grosse pincée de magie et une petite pointe de déception

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).