A Discovery Of Witches (Saison 2) : Une grosse pincée de magie et une petite pointe de déception

A Discovery Of Witches (Saison 2) : Une grosse pincée de magie et une petite pointe de déception

Diffusion le 8 janvier sur Sky et en France sur Syfy à partir du 4 mars 2021.

Afin d’échapper à la Congrégation, Matthew et Diana se trouvent dans le passé à Londres au cœur de l’ère Elisabéthaine. Leur recherche du Livre de la Vie se poursuit malgré les nombreux obstacles.

Dans le présent, les tantes de Diana se rassemblent avec la famille de Matthew afin de se protéger de la Congrégation. Cette dernière est prête à tout pour traquer les membres de la famille Bishop-De Clermont.

Cette saison était tant attendue pour tous les fans de la fameuse saga littéraire. La 1ère était particulièrement bien réussie malgré le tempo un peu trop rapide à mon goût et le peu d’épisode pour rendre justice au 1er tome de Deborah Harkness.

Et si j’avais moins d’attente pour cette première saison, j’en attendais deux fois plus pour cette 2ème.

Alors, réussite ou pas ?

Source : Sky TV

Durant mon visionnage qui a duré 2 jours non-stop, j’ai pris le temps de noter mes remarques épisode par épisode. Je ne voulais pas manquer de coucher sur papier mes émotions à chaque scène emblématique que j’attendais.

ADOW Saison 2 me laisse mitigée car scindée en deux. La première partie (du 2×01 au 2×05) m’a profondément déçu et je suis désolée de le dire mais beaucoup de détails issus du livre ont été zappés et encore une fois, le rythme beaucoup trop rapide a rendu les sensations imperceptibles.

La seconde partie de cette saison (du 2×05 au 2×10) a clairement relevé le niveau. De par, le jeu de certains acteurs, l’alchimie des nouveaux personnages, le temps nécessaire pris pour retranscrire les scènes etc…

Rentrons dans le vif du sujet. ATTENTION SPOILERS !!!

1ère partie de saison

Dès les premières minutes, je me suis retrouvée prise de court par le rythme. En un seul épisode nous avons d’un coup : Jack, le Lord, les secrets de Matthew, l’Ecole de la nuit, les pouvoirs de Diana… Beaucoup trop d’éléments !

Les sentiments ressentis durant la lecture du 2nd tome ne sont pas ressentis ici. Je n’ai pas vécu ni vu l’acclimatation de Diana dans le passé. En 24h les choses sont quasi bouclées. Tout arrive d’un coup sans prendre le temps de s’attarder sur des émotions. J’ai trouvé ça brutal.

Cependant, le générique est magnifique et le jeu d’acteur de Matthew Goode est tellement superbe ! Le Matthew est plus sombre et l’acteur le joue à la perfection.

Idem pour la suite des épisodes ou l’on oscille entre respect du livre, par exemple la scène entre Mary et Diana avec la chaussure et modification de scènes. J’ai été très étonnée du Père Hubbard que je n’imaginais pas du tout comme ça, mais qui est parfaitement à la hauteur du personnage. C’est une très bonne surprise. Il est très charismatique et peut-être même plus que certains personnages principaux.

Goody Alsop est, elle aussi, parfaite dans son rôle. Je l’imaginais exactement comme cela et c’est époustouflant de voir à quel point le casting a été bien choisi. La rencontre avec le Coven est très émouvante.

Source : TV Fanatic

Les décors et les détails sont sublimes. Les effets spéciaux sont améliorés. La scène de l’œuf est à l’image de la scène du roman. J’ai beaucoup apprécié ! L’arbre de Diana dans le 3ème épisode est très réussi.

Mais encore une fois, j’ai l’impression que quelqu’un a appuyé sur la touche « avance rapide » de la télécommande. Le lien entre Diana et Jack n’est pas exploité, pas d’émotion. Je ne ressens rien. Tout va trop vite. Et beaucoup de scènes sont bâclées.

L’épisode 3 marque l’entrée en scène de mon personnage préféré : Gallowglass. Je ne suis pas déçue du tout alors que le choix de l’acteur qui avait été annoncé quelques semaines plus tôt m’avait laissé perplexe. En effet, nous avions plutôt l’image du Viking gigantesque et musclé. Ce choix était osé mais le pari est gagné car le charisme du personnage/acteur est incroyable.

J’ai encore été agréablement surprise par le personnage de Phoebe et l’alchimie qu’elle partage avec Marcus (Edward Bluemel). J’étais totalement réticente sur le choix de l’actrice mais finalement j’ai trouvé l’alchimie bien plus émouvante et prenante entre les deux que pour le couple Diana/Matthew. Il y avait de la sensualité, un côté sexy plus moderne. Et le retour dans le présent était une bouffée d’air frais à ce stade de la saison. Encore une fois, le personnage d’Ysabeau est génialissime.

J’ai également trouvé que le côté sanglant et les corps apportaient un côté plus trash, brisant ainsi le romantisme parfois étouffant autour du duo Diana/Matthew.

2ème partie de saison

A partir du 5ème épisode, le ton change. La bande son permet d’apporter une dimension encore plus sympathique à la trame de l’histoire qui se déroule sous nos yeux. L’arrivée de Diana et Matthew à Sept-Tours est, à mon sens, le véritable point de départ de l’action. Je ne m’ennuie plus. La fureur sanguinaire est dépeinte de manière très réaliste, brut et animale.

Source : Sky TV

La série s’attarde un peu plus sur les liens entre les différents protagonistes, et encore une fois les nouveaux personnages changent clairement la donne. La rencontre avec Philippe, qui là aussi était tant attendue, surpasse toutes les autres scènes depuis le début de la série. Louisa & Marlowe sont représentés tels que l’on pouvait les imaginer lors de la lecture du 2ème tome.

Les scénaristes ont rendu hommage au livre avec le fabuleux parallèle entre Philippe et Ysabeau au sein du 6ème épisode. Il a été le plus émouvant de toute cette saison. D’ailleurs, Ysabeau m’a très facilement arraché quelques larmes durant la scène du petit message caché.

Encore une fois, nous ressentons que le rythme est beaucoup trop rapide à certains moments. Certaines scènes sont là telles des piqûres de rappel (le duel entre Matthew et Philippe, le mariage entre Diana et Matthew qui a été clairement bâclé, le noël avec Philippe à Sept-Tours, la rencontre entre Diana et son père…).

ADOW joue avec nos nerfs et nos sentiments. La série n’arrête pas l’entre-deux. Certains moments sont terriblement décevants (l’absence d’implication de Diana en tant que maîtresse de maison, la timeline trop rapide) et d’autres relèvent de la perfection (plan d’adieu sur Philippe, la nuit de noces).

Je vais éviter de tout spoiler pour que vous puissiez voir la série avec un regard neuf. Et puis parce que certaines scènes méritent d’être découvertes sur le tas.

Source : TV Fanatic

ADOW saison 2 est bancale. Il y a beaucoup de positif : les nouveaux personnages, le temps dans le présent, le couple Phoebe/Marcus, la fureur sanguinaire, les effets spéciaux… Mais il y a beaucoup trop de scènes bâclées et d’évènements qui n’ont pas eu l’effet escompté à cause de cela. Tout le livre n’est pas respecté mais ce n’est pas forcément le plus gênant : par exemple la naissance de Margaret. Ce n’était pas totalement comme cela dans le livre, et pourtant ce changement passe très bien à l’écran.

J’ai été émue mais sur ma fin dans certains cas. Et si les scénaristes ont su apporter un côté thriller à la saison, le rythme trop rapide m’a déçu à plusieurs reprises. Mon premier réflexe a été de relire le livre pour y trouver ce qu’il manquait à l’écran.

J’ai tout de même hâte de voir la 3ème saison. D’une part car je reste fan inconditionnelle de la saga mais parce que je crois sincèrement au potentiel qui peut être mobilisé pour la saison finale. Rien n’est perdu (sauf le livre des sortilèges…).

Autres articles qui peuvent vous intéresser…

Meurtres au Paradis Saison 10

Meurtres au Paradis Saison 10

A Discovery of Witches – Saison 2 sur SyFy France

A Discovery of Witches – Saison 2 sur SyFy France

Bodyguard – Saison 1

Bodyguard – Saison 1

Doctor Who – Saison 12

Doctor Who – Saison 12

Derniers articles

Catégories

Archives

Droits d’utilisation

Les traductions et articles dont nous sommes les auteur(e)s sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification). Nos traductions et articles relèvent du droit d’auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de nous créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d’auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).